Restriction de l’indemnité chômage.

… l’art gouvernemental de baisser les droits

[…] La durée de versement des allocations-chômage va sérieusement dégringoler et, cette fois, presque personne ne sera épargné. À partir du 1er février 2023, les personnes qui s’inscriront à Pôle emploi se verront retirer 25 % de leur capital de droits, au motif que les voyants de la conjoncture sont « au vert ».

Cela correspond à six mois d’allocations en moins, pour celles et ceux qui auraient droit à la durée maximum d’indemnisation, soit 18 mois d’indemnités au lieu de 24. Pour les plus de 55 ans, qui bénéficient à l’heure actuelle de 36 mois de droits, le capital sera amputé de neuf mois.

[…] Derrière la volonté d’adapter les droits au contexte économique se cache, depuis le début, l’intention d’appauvrir, encore, les droits des chômeurs et des chômeuses. […]

Cette réduction, inédite et drastique, de la durée des droits sera maintenue tant que le taux de chômage, actuellement de 7,3 %, restera sous la barre des 9 %. Un seuil qui n’a pas été atteint en France depuis le quatrième trimestre 2017. […]

Si le taux de chômage atteint les 9 % ou s’il progresse brutalement de 0,8 point en un seul trimestre, « l’état » de la conjoncture passera « au rouge », et à des « règles plus protectrices », a indiqué ce lundi le ministère du travail, lors d’une présentation de sa réforme.

Une promesse en trompe-l’œil car si les chômeuses et les chômeurs sont assurés de perdre des droits, ils n’en gagneront jamais davantage. Les règles « plus protectrices » n’étant rien d’autre… que les règles actuelles. Pour le gouvernement, « moduler » consiste uniquement à réduire les droits.

[…]

« Cette réforme est conforme aux engagements pris par le président de la République », a souligné le ministre, confirmant que la messe était dite depuis longtemps. L’objectif est d’atteindre le plein emploi, fixé par l’exécutif à 5 % de chômage, et de mettre un frein aux « difficultés de recrutement », sans pouvoir démontrer que durcir les règles de l’assurance-chômage soit vraiment efficace. Et sans avoir, jamais, publié la moindre étude d’impact de cette nouvelle réforme.

[…]

Avec cette nouvelle réforme, une boucle infernale se dessine : les précaires seront poussés vers des emplois précaires qui, eux-mêmes, les jetteront dans les griffes de la première réforme de l’assurance-chômage qui pénalise… le recours aux contrats courts.

Et le pire, c’est que l’exécutif semble déjà réfléchir à une troisième réforme.

[…]


Cécile Hautefeuille. Mediapart. Source (extraits)


Une réflexion sur “Restriction de l’indemnité chômage.

  1. bernarddominik 22/11/2022 / 15:45

    C’est un raisonnement idiot. D’abord parce qu’il n’y a jamais eu ces cinquante dernières années de période de plein emploi. Ensuite parce que rien ne dit que les employeurs vont se mettre parents coup de baguette magique à embaucher les plus de 50 ans mais aussi parce que certaines personnes ont plus de mal à trouver du travail pour des raisons multiples: qualification inadaptée, métier rare ou en sur effectif, zone géographique en perdition pas de permis de conduire … ce genre de réforme crée de la misère pas des emplois.

Laisser un commentaire