Métaux rares

Raclons les fonds marins

En mars 2020, la compagnie Allseas, basée à Châtel-Saint-Denis, dans le canton de Fribourg, en Suisse, a acheté à Petrobras le Vitoria 10000, un navire de forage en grande profondeur, pour le convertir en collecteur de nodules poly­métalliques.

Edward Heerema, le président d’Allseas, est un armateur hollandais dont la douzaine de navires sont spécialisés dans la pose de pipelines, l’installation et le démantèlement des plateformes offshore.

L’ex-Vitoria 10000, 228 m de long, 42 m de large, est devenu le Hidden Gem, battant pavillon de Malte. Grâce à un robot sous-marin et à un cordon ombilical de 4 500 m de long, en septembre, le Hidden Gem a collecté dans l’océan Pacifique, au large de l’atoll de Clipperton, 12 tonnes de ces mythiques patates métalliques riches en manganèse, en nickel, en cuivre, en cobalt, des métaux indispensables à la transition écologique.

The Metals Company, une boîte canadienne associée à Allseas, va procéder à l’exploitation et à l’affinage de ce filon expérimental. Son président est enthousiaste : «La transition écologique a besoin de millions de tonnes de métaux rares, et nos travaux montrent que les nodules polymétalliques océaniques peuvent les procurer à l’humanité à un coût environnemental et social nettement inférieur aux mines terrestres. »

L’Autorité internationale des fonds marins (AIFM) basée à Kingston, en Jamaïque, devrait d’ici à juillet 2023 jeter les bases du Code minier sous-marin. Plusieurs États membres, soucieux de ménager les opinions publiques, refusent cette date butoir, mais ne ferment pas la porte à cette nouvelle industrialisation de la mer.

L’ambassadeur de France en Jamaïque et représentant permanent de la France à l’AIFM, qui était auparavant consul général de France à Wuhan, est sur cette ligne : « Aucune exploitation contractuelle ne peut être autorisée par l’Autorité aussi longtemps que des mesures suffisamment protectrices de l’océan ne seront pas mises en place. »

Gageons qu’avec l’Ifremer et ses partenaires industriels, la France saura dans un avenir raisonnable mettre au point des modalités propres pour salir et excaver les fonds marins.


Jacky Bonnemains. Charlie Hebdo 16/11/2022


Laisser un commentaire