Et de cinq !

…  pour tuer le débat sur le budget de la Sécu, un nouveau 49.3

Ce coup-ci, c’est la partie recettes du projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2023, de retour à l’Assemblée nationale, qui en a fait les frais. « Alors que la nouvelle lecture devait commencer en séance, près de 700 amendements ont été déposés, en plus de ceux adoptés en commission. Nous ne pouvons pas perpétuellement rejouer des débats qui ont déjà été tranchés », a justifié la première ministre.

Dans la foulée, les réactions se sont enchaînées à gauche.

Aussitôt, l’insoumise Mathilde Panot a annoncé le dépôt d’une nouvelle motion de censure contre le gouvernement. « En Macronie, le passage en force n’est pas une exception, c’est un ADN politique. Nous ne nous habituerons jamais à leurs méthodes autoritaires », a déclaré la cheffe de file des députés FI en annonçant des discussions avec les autres groupes de la Nupes ainsi que le groupe centriste Liot.

« Une journée ordinaire en Macronie » et un « mauvais coup pour la sécurité sociale et le droit à la santé », a également fustigé le député PCF Pierre Dharréville, sur Twitter, tandis que son collègue Sébastien Jumel pointait la volonté de l’exécutif de passer sous silence le fait que « le budget de la Santé (est) en baisse l’année prochaine compte tenu du niveau de l’inflation ».

Côté socialiste, c’est la menace que fait peser sur la démocratie ce énième recours au 49.3 qui est dénoncée. «  Une nouvelle fois, le débat est empêché, lAssemblée escamotée (…) Cette maltraitance du Parlement ne produira rien de bon pour notre pays. Pire, elle accéléra l’érosion de notre démocratie », a réagi le député Guillaume Garot.

L’opposition de droite, elle, s’est faite plus discrète alors que le gouvernement a tenté de l’amadouer par l’intégration d’un amendement du Sénat pour amplifier le dispositif de rachat de RTT. Une mesure qui détricote les 35 heures adoptées cet été à l’initiative de… LR.


Nada Abou El Amaim – Source


Une réflexion sur “Et de cinq !

  1. bernarddominik 22/11/2022 / 18:14

    Même en augmentant les tranches d’imposition (5% avec une inflation entre 8 et 9%) les recettes de l’état augmenteront, sur les actions il prélève 45% or les bénéfices du cac40 sont en forte hausse, quant aux salaires ils devraient suivre l’inflation. Alors serrer la vis à la sécurité sociale ne peut s’expliquer que par la forte augmentation du budget de l’armée et des dépenses liées aux accords signés par Macron

Laisser un commentaire