Passons les consignes !

Liberté, Égalité, Fraternité selon Saint-Pie-X !

Le site internet du District de France de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X (FSSPX, pour les intimes) regorge de trésors insoupçonnés. La communauté catholique traditionaliste (fondée en 1970 par Mgr Lefebvre en opposition à la modernisation de l’Eglise catholique initiée par le concile de Vatican II) y distille en effet de précieux conseils de vie à ses 35 000 fidèles revendiqués.

Parmi eux : comment choisir son époux ou son épouse ? « Il s’agit tout d’abord de s’entretenir sur la vie spirituelle et sacramentelle » de son ou sa partenaire, écrit l’abbé Michel Poinsinet de Sivry, de la FSSPX.

Premières « question essentielles » à se poser avant d’envisager toute union devant l’Eternel : « Où mon conjoint souhaite-t-il aller à la messe le dimanche ? Quelle communauté veut-il fréquenter de manière habituelle ? Il est évident que cette question a une incidence sur la prédication et le catéchisme que recevront les enfants. »

Il ne faudrait pas que leur éducation se transforme en chemin de croix !

En outre, « sans se transformer en confesseur, il faut observer la vie religieuse de la personne fréquentée. Est-elle fidèle à sa prière quotidienne, au chapelet, à la communion et à la confession fréquente ?A-t-elle déjà effectué une retraite (en faire une avant le mariage) ? » Et a-t-elle bien mangé du poisson chaque vendredi depuis sa naissance ?

Après (et seulement après) s’être assuré de la saine vie spirituelle de sa moitié, l’on pourra se demander si ses « sujets de conversation » sont « globalement intéressants ». Il conviendra également de « bien vérifier si [s]a famille et celle de [s]on futur conjoint ont à peu près le même rang social ».

Epouser un sans-grade, ce ne serait pas très catholique !

« Avez-vous parlé sérieusement du problème du travail de l’épouse et de sa présence au foyer ?» s’enquiert également la très féministe Fraternité.

Avant de conclure sur ce « sujet délicat » : « Pensez-vous que la chasteté conjugale sera difficile à tenir ? Le mariage est certes un remède à la concupiscence, néanmoins il n’éteint pas toutes les tentations contre la chair. C’est pourquoi il convient que la vertu de pureté se perfectionne avant comme pendant le mariage. » En cas de questions sur ce « sacrement », il faudra « absolument trouver les réponses » auprès d’un prêtre, « tant pour enlever les scrupules que pour éviter un laxisme qui ferait sombrer les époux dans le péché ».

Doux Jésus!

Autre conseil donné par la FSSPX sur son site : « Comment apprendre aux enfants à faire de leur mieux ? » Eh bien, c’est très simple. Il suffit de leur dire que, « si papa et maman sont contents, Jésus est content aussi ».

Ainsi, « ranger sa chambre pour faire plaisir [à Jésus] », avoir « une bonne attitude à table » ou « ne pas bavarder en classe » constituent autant d’« oeuvres de charité » de la part des petits, qui les valoriseront et les pousseront à donner le meilleur d’eux-mêmes.

Dieu soit loué !


Clara Bamberger. Le Canard enchaîné. 16/11/2022


Laisser un commentaire