Ô belle vie

Ô belle vie, ô belle vie, ô belle vie…
Ma vie se gondole comme océan resplendi par le Soleil
Cette poudre de lumière plonge pour luire dans mon âme.
À la belle aurore, le piquant bout du Soleil ressortit
De l’eau argentée, si ample… le vent printanier m’a frémi.
Sous mes cheveux encombrants, j’ai pu voir la levée du Soleil.
Par rafales brumeuse, ma robe blanche a été humectée.
Mais elle s’est palpitée grâce à la chaleur du Soleil, déshydratée
Cela m’a trembloté ! Ça a resserré mes mamelons, tous mêmes.
En m’accordant à la bise, avec ma chair plus furieuse,
J’ai toujours voulu me précipiter vers la voile mystérieuse.
Caressée par des regards rares et mes pensées vaporeuses,
J’ai toujours voulu continuer vers l’infini du sable…
Et aussi d’eau. Mes pieds rosis s’envolent dans la froide aurore,
Comme le rêve, je n’ai plus ressenti mes efforts si pénibles.
Jamais le silence ne m’a gêné. Sois la vie des merveilles!
Ô belle vie, ô belle vie, ô belle vie…
Ma vie se gondole comme l’océan resplendi par le Soleil.
Celle poudre de lumière plonge pour luire dans mon coeur.


Mathilde Chabbey


Laisser un commentaire