La superwoman fictive de Ciotti

Eric Ciotti, ancien porte-flingue du candidat Fillon à la présidentielle de 2017, a bien appris de son mentor. L’actuel prétendant à la présidence de LR a, comme l’ancien Premier ministre, employé la mère de ses enfants dans des conditions… « pénélopesques » !

En fouillant dans ses cartons, « Le Canard » a mis le bec sur les étonnants relevés de carrière de Caroline Magne, aujourd’hui directrice générale des services de la mairie de Mandelieu-la-Napoule (Alpes-Maritimes), qui a cumulé trois jobs en même temps. C’est dans cette ville, tenue par l’un de ses fidèles, que Ciotti avait donné, il y a un an, le coup d’envoi de sa campagne pour la prise du parti. C’est ça, l’esprit de famille !

A peine élu député, en juin 2007, l’ex-dircab de Christian Estrosi à la mairie de Nice embauche sa chérie comme assistante parlementaire, à temps partiel, jure-t-il. Un premier double emploi, puisque la jeune femme est déjà attachée de presse d’Estrosi Christian. Comme si son agenda n’était pas suffisamment rempli, elle occupe, en prime, un boulot au conseil départemental des Alpes-Maritimes. Et ce n’est pas fini.

Lorsqu’en décembre 2008 Ciotti prend du galon en ajoutant à son écharpe de député celle de président du conseil départemental, Caroline Magne étend aussi son domaine de compétences.

Toujours collaboratrice officielle de son compagnon député, elle devient directrice adjointe du maire de Nice. En 2009, elle ajoute encore une corde à son arc bien tendu en intégrant l’équipe de pilotage de la communauté urbaine. Cette plaisanterie dure jusqu’en 2011.

A l’Assemblée, où son contrat prend fin le 30 septembre 2016, Caroline Magne n’a pas laissé de souvenir. Normal, selon Ciotti, qui assure au Palmipède que sa collaboratrice exerçait ses talents quasi exclusivement sur le terrain de sa circonscription, où « elle faisait ce qu’elle a toujours fait : de la com, des relations presse ». Quand on aime, le temps passé au taf ne compte pas… La preuve : du 1er septembre 2014 au 5 septembre 2016, celle qui se définit comme « une grosse bosseuse » devient, en sus, directrice générale des services de La Colle-sur-Loup.

En clair, elle doit gérer une ville de 8 000 habitants. Toujours soucieuse de noircir son agenda, Caroline Magne est aussi l’employée du diocèse de Nice entre le 1″ janvier 2012 et le 31 août 2014. Une charge de travail qui tient du miracle ! Alléluia !

Sûrement inspiré par les exploits de sa superwoman, Ciotti affirmait, le 12 novembre 2022 : « Je veux réhabiliter la valeur travail. » S’il devient le superman de la droite, son job sera-t-il fictif ou non ?


Didier Hassoux et Christophe Labbe. Le Canard enchaîné. 16/11/2022


Une réflexion sur “La superwoman fictive de Ciotti

  1. bernarddominik 18/11/2022 / 18:16

    C’est un ami de Fillon si je ne me trompe?

Laisser un commentaire