Des armes US chez les Russes ou revendues ?

Depuis l’arrivée de Joe Biden à la Maison-Blanche, le montant des armements fournis aux Ukrainiens (ou au programme de futures livraisons) s’élève à 18,9 milliards de dollars.

Cette abondance de technologie exportée n’est pas sans inquiéter le Pentagone, qui craint de voir certaines de sesbelles armes tomber aux mains des Russes ou revendues à des groupes terroristes par des trafiquants internationaux.

A preuve, cette déclaration de Ned Price, le porte-parole du Département d’Etat, datée du 27 octobre 2022, passée plutôt inaperçue : « Nous restons vigilants face à l’éventualité que nos armes soient copiées et qu’elles se retrouvent aux mains de groupes criminels. »

Un haut fonctionnaire français de la Défense précise : les « criminels » visés sont les supplétifs russes du groupe Wagner et les mercenaires tchétchènes utilisés par l’armée de Moscou.

Le secrétaire général d’Interpol, Jürgen Stock, figure au nombre des inquiets. En juin, puis en octobre, alerté par plusieurs pays européens qui ont eu vent de ces trafics, il est de nouveau intervenu auprès des Américains pour qu’ils comptabilisent et localisent leurs précieuses livraisons à l’Ukraine.

Des chars ex-soviétiques rafistolés aux USA

Le patron d’Interpol prêchait des convaincus : comme on vient de l’apprendre, l’attaché militaire de l’ambassade américaine à Kiev est aujourd’hui entouré d’une petite équipe chargée de vérifier où se trouvent ces armes si convoitées. Une équipe à laquelle il est ordonné de « se tenir le plus loin possible de la ligne de front », précise un expert militaire, car les Russes pourraient en prendre ombrage.

Quelles sont ces armes dont la disparition devrait effrayer le Pentagone ?

En premier lieu, des missiles antichars Javelin et des missiles antiaériens Stinger, tous deux portables à l’épaule par un seul combattant. Autre genre de quincaillerie militaire dont les Russes voudraient connaître les secrets de fabrication : les drones Phoenix Ghost, capables de détruire des blindés de jour comme de nuit. Sans oublier les batteries de missiles antiaériens Hawk et les lance-roquettes multiples Himars, récemment utilisés par les Ukrainiens durant leur contre-offensive.

Dans cette guerre par procuration, la retenue est assortie d’une bonne dose d’hypocrisie. Quelle retenue ? Les Etats-Unis refusent, par exemple, de fournir à l’Ukraine leurs modernes blindés Abrams, à l’instar des Allemands, qui ne veulent pas livrer leurs chars Leopard. Et quelle hypocrisie ?

Washington a acheté à la République tchèque des chars T-72B (de conception ex-soviétique, que les Ukrainiens sont habitués à utiliser) et les a modernisés avec la participation financière des Pays-Bas. Une première livraison de 45 exemplaires de ces chars lourds sera effectuée en décembre, et 45 autres le seront six mois plus tard.

C’est à croire que Poutine est censé ne pas en vouloir vraiment à la Grande Amérique si son armée devait bientôt affronter des chars ex-soviétiques rafistolés.


Claude Angeli. Le Canard enchaîné. 16/11/2022


Une réflexion sur “Des armes US chez les Russes ou revendues ?

  1. bernarddominik 18/11/2022 / 18:11

    On a bien compris : aider les Ukrainiens, mais pas trop.
    Quant à l’Allemagne, la seule chose qui l’ntéresse c’est son commerce extérieur, pas question de se mettre mal avec la Chine et le moins possible avec la Russie : ils laissent cet idiot de Macron mouiller la France jusqu’au cou

Laisser un commentaire