Labo d’Analyses en « grève illimitée »

Après un mois de bras de fer avec le gouvernement autour du budget 2023 de la Sécu, les syndicats de biologistes franchissent une nouvelle étape et appellent à une « grève illimitée » des laboratoires d’analyses médicales à partir de ce lundi 14 novembre.

La ponction ne passe toujours pas. Depuis l’annonce, fin septembre, des 250 millions d’euros d’économies à réaliser de gré ou de force dans leur secteur, les biologistes libéraux s’alarment d’un « coup de rabot » et s’y opposent par tous les moyens.

Redoutant une baisse de tarifs pérenne, ils ont d’abord proposé une « taxe exceptionnelle » du même montant, au titre des profits engrangés grâce aux tests Covid. Faute d’accord, ils ont ensuite arrêté de transmettre les résultats de ces dépistages au fichier national SI-DEP, perturbant le suivi de l’épidémie pendant une semaine.

Un boycott jugé « inconséquent » et « inadmissible » par le ministre de la Santé, François Braun, qui les a même accusé de « prendre en otage l’ensemble de la population ».

Ce coup de semonce n’a pas fait bouger les lignes : reçus lundi 7 novembre à l’Assurance maladie, les biologistes en sont sortis en dénonçant une « folie austéritaire » et en appelant à la « grève reconductible » à partir de ce 14 novembre.

« 90 à 95 % suivent le mouvement, soit près de 3 900 labos de ville sur 4 100 en France », détaille Lionel Barrand, président du syndicat national des biologistes médicaux, auprès du Parisien.


Huffington Post – Source-Lecture libre (Extraits)


À la base, c’est bien l’obligation venant de l’état d’effectuer des tests qui ont contribué à augmenter le travail d’abord (embauche de personnel) les bénéfices ensuite des labos… et maintenant l’État estime qu’ils auraient trop engrangé de résultats financiers positifs !

Remettons les choses à plat, si l’État compte tenu de la gravité de l’épidémie, avait institué un laboratoire public, à ce moment-là, les laboratoires privés n’auraient pas fait de bénéfices.

A-t-on imposé les superbénéfices réalisés par les entreprises ayant recouru au télétravail, pendant le temps de confinement de la COVID ?

Enfin, les labos (sauf erreur de notre part) n’ont pas « reçu » d’aides financières au titre du « Quoiqu’il en coute » … eux !


Une réflexion sur “Labo d’Analyses en « grève illimitée »

Laisser un commentaire