Com’ et stratégie politique.

« Espèce d’abruti », « Ferme ta gueule », « T’es un naze », « Tocard, va, allez, tais-toi ! Bouffon, va », « T’es un malade », « Tu sais que tu es dans le groupe Canal+ ici ? Qu’est-ce que tu viens foutre ici ? »

Jeudi 10 novembre 2022, sur C8, voilà comment Cyril Hanouna, animateur de « Touche pas à mon poste ! » (TPMP), s’est adressé à un élu de la nation, lui intimant de garder le silence.

La faute vient de Louis Boyard, élu député La France insoumise (LFI) du Val-de-Marne […] ?

Il a prononcé les mots « Bolloré » et « procès ».

Suffisant pour déclencher l’ouragan et donner à voir une scène d’une violence rare dans l’histoire de la télévision – à l’issue de l’échange, le député a fini par quitter le plateau sous les huées du public. Car, sur C8, [il n’est pas question d’évoquer le] grand patron de la chaîne, proche de Cyril Hanouna, qui ne déteste rien tant que le rappel de ses démêlés judiciaires et de ses méfaits en matière de déforestation au Cameroun.  

« Dès que le mot “Bolloré” a été prononcé, observe la chercheuse au CNRS Claire Sécail, tous les chroniqueurs ont fait corps avec l’animateur. Ils ont affiché leur loyauté à Hanouna pendant que celui-ci affirmait la sienne vis-à-vis de Bolloré. » « Pas du tout surprise » par la séquence, celle qui dissèque le programme de C8 depuis un an y a retrouvé la mécanique générale de l’émission, « faite de confrontations agonistiques où les idées ne gagnent que rarement ». Elle convient néanmoins que cette fois-ci, Cyril Hanouna, (qui devrait revenir sur le sujet dans son émission lundi), est allé « loin dans l’outrance ».

Si loin que le tollé est général. Et que depuis jeudi, c’est le branle-bas de combat dans les sphères militantes.

Sur les réseaux sociaux, la réplique s’est, comme toujours chez les Insoumis, rapidement organisée. « Personne ne dit “ferme ta gueule” à un député de mon groupe. Pas même Cyril Hanouna et les laquais de Bolloré », a tweeté, vendredi, Mathilde Panot. La présidente du groupe des députés LFI a saisi l’Arcom (ex-CSA) le soir même, au nom du « respect d’un homme » et de « la garantie des libertés fondamentales dans notre pays ».

  • Boyard : l’électrochoc ?

De fait, jamais un parlementaire n’avait ainsi été insulté à la télévision française. Une transgression de taille, fût-elle commise par un animateur gagné depuis longtemps par l’hubris, la démesure, et accusé à plusieurs reprises de harcèlement, comme le rappelait ce portrait du Monde en avril 2021.

Aurait-il osé aller si loin si Louis Boyard n’avait été auparavant son propre salarié ? Durant l’année précédant son élection comme député en juin 2022, ce dernier a en effet été embauché comme chroniqueur sur TPMP.

Un passé que l’animateur s’est fait un malin plaisir de rappeler, entre deux éructations furibondes : « Moi, je ne crache pas dans la main qui me nourrit », a-t-il lancé à son ancien employé.

Le mélange des genres n’a pas laissé indifférents certains observateurs, y compris à gauche. L’eurodéputé écologiste David Cormand ne s’est pas fait prier pour pointer le fait que « participer à la politique spectacle, même pour la dénoncer, c’est de fait la soutenir » et, in fine, « faire le jeu des populistes [et] de l’extrême droite »

[…]

La séquence a en tout cas réveillé l’éternel dilemme : faut-il boycotter certains espaces audiovisuels, au risque de se couper d’un public inatteignable par des canaux plus traditionnels et d’abandonner ainsi la « bataille culturelle » ? Ou les investir, au risque d’en être l’« idiot utile » et d’abîmer sa crédibilité dans des arènes médiatiques extrême-droitisées ?

[…]

[…], Louis Boyard a annoncé la tenue d’une conférence de presse, lundi 14/11/2022, à l’Assemblée nationale. Il y annoncera son intention d’ouvrir une commission d’enquête parlementaire « pour mesurer les ingérences de Vincent Bolloré sur les médias qu’il possède ». Et évoquera, sans doute, la proposition de loi visant à mettre fin à la concentration des médias que ses collègues insoumises Clémentine Autain et Sarah Legrain défendront lors de la prochaine niche parlementaire, fin novembre, dans l’hémicycle.

Une loi qui consisterait à rendre du pouvoir aux sociétés de rédacteurs, à limiter l’accès d’un actionnaire au capital des grands médias et à interdire toute prise de contrôle de plus de 20 % dans les médias significatifs. S’il n’a, pour l’heure, aucune chance d’être voté, le texte semble pourtant d’une criante actualité.


Fabien Escalona et Pauline Graulle Médiapart. Source (Courts extraits)


3 réflexions sur “Com’ et stratégie politique.

    • Libres jugements 14/11/2022 / 10:41

      Bonjour Christine,

      Oui, je suis parfaitement d’accord pour le carton rouge concernant Cyril Hanouna et son comportement particulièrement dans cette émission

      Il m’arrive souvent de suivre les informations de France info canal 27, afin d’écouter les arguments des interviewés et intervieweur. Ce matin, lundi 14 novembre 2022, l’invité présent était Fabien Roussel. Interrogé sur cette altercation, il eut cette explication : il y a aucune raison, à partir du moment ou la politique est devenue un show, que les responsables de partis, syndicalistes ou élus ne puissent pas s’exprimer librement, diffuser leurs raisonnements, dans toutes les émissions audiovisuelles, sans restriction.

      Le comportement de Cyril Hanouna (au demeurant très coutumier de ce genre d’apostrophe, dénigrement systématique, prise de position unilatérale, couvert par le PDG de la chaîne, Vincent Bolloré) est connu et chaque intervenant extérieur, sait parfaitement à quoi il doit s’attendre en se rendant dans ce genre d’émission.
      Simultanément, celles ou ceux qui regardent ce genre de show consistant à faire le buzz à tout instant pour vendre de l’espace publicitaire n’entendront jamais des arguments valables dans un sens ou dans l’autre permettant de se faire un jugement autre, que constater la bouffonnerie régnante.

      Tu l’auras compris chère Christine, ce genre de chaînes (BFM tv, CNews, C8) – ne sont pas, loin de là, ma tasse de thé, mes lieux d’informations

      Avec toute mon amitié
      Michel

Laisser un commentaire