La fin dans le commencement

Le temps est un cheval dont le cheval est temps
Et dans ma tête il y a la roue de cent moulins
Dont la farine est vaine et le blé invisible
Dans l’univers biface, infatigablement

Le dieu s’était dépouillé de l’univers
Dont il n’attendait plus rien dans son miroir en miettes
Son habit lumineux égarait la lumière
Habit couleur de temps et de non-temps
Le non-nommé n’avait plus d’habit dans le nom

Un mouchoir de soie brûlait brûlant les astres
 Et la dissipation se fit immémoriale
Dans les galaxies qui, d’un torchon, disparurent
Le nu, l’un fut le seul. Il ne fut pas, il fut.


Salah Stétié – « Le mendiant aux mains de neige ».


Laisser un commentaire