Siège éjectable ?

… il viserait la ministre Agnès Pannier-Runacher

Jean-Michel Runacher, révèle le site « Disclose » 08/11/2022, aurait créé en 2016 une société, baptisée Arjunem, dont les trois enfants de la ministre, mineurs à l’époque, sont actionnaires aux côtés de leur grand-père. Non seulement le capital de 1,2 million d’euros ainsi transmis échappe aux droits de successions, mais il aurait été déposé, selon l’enquête, dans une banque privée du Luxembourg et fondé avec l’apport en action de trois fonds spéculatifs basés dans des paradis fiscaux dont Guernesey, l’Irlande et l’État américain du Delaware.

Autre point problématique : ces placements sont les mêmes que ceux de Perenco, avec un mélange des genres révélé par une série de courriels entre les intérêts de la compagnie à ce sujet et ceux de la société familiale de Jean-Michel Runacher.

Pour Anticor, il y a conflit d’intérêts

La ministre assure que ces liens ne posent pas de problèmes : « Il ne s’agit pas de mon patrimoine, mais de celui de mes enfants qui, eux-mêmes, n’ont aucun pouvoir de gestion de la société à ce jour », avance-t-elle précisant qu’elle n’a pas eu à traiter « de dossiers en lien avec Perenco ». En revanche, pour l’association Anticor, il « ne fait aucun doute que la ministre est dans une situation de conflit d’intérêts »

[…]

Séance musclée dans l’hémicycle

[…] A l’occasion des questions au gouvernement, c’est le socialiste Arthur Delaporte qui a ouvert le bal en interpelant la première ministre Elisabeth Borne.  « Aviez-vous connaissance de ces informations quand vous l’avez nommée ministre de la transition énergétique et si ces informations sont confirmées quelles conséquences en tirez-vous sur l’exercice des fonctions de votre ministre ? », a-t-il lancé en séance, bientôt rejoint par d’autres députés de la Nupes.

A l’instar de l’insoumis Aurélien Saintoul qui a estimé que la ministre de« la transition énergétique coche toutes les cases du bingo de l’oligarchie », dont la « fraude fiscale, le népotisme, les conflits d’intérêts avec les industries les plus polluantes », et qu’elle a « choisit de mentir par omission »« Peut-on se fier à une ministre qui considère qu’un million d’euros de donation à ses enfants n’a pas à figurer dans sa déclaration d’intérêts ? Peut-on croire dans sa volonté de sortir des énergies fossiles quand le patrimoine de ses enfants est directement lié à ces industries ? Peut-on se fier à une ministre qui constitue pour ses enfants un patrimoine avec des actifs domiciliés dans des paradis fiscaux ? », a interrogé l’élu FI.

A son tour, la présidente du groupe écologiste, Cyrielle Chatelain, pointant des révélations « de nature à questionner la capacité de la ministre a exercé ses fonctions de manières impartiales et à faire primer l’intérêt général », a également questionné la première ministre sur le maintien d’Agnès Pannier-Runacher au gouvernement.

[…]


Julia Hamlaoui. Source (Extraits)


Laisser un commentaire