Élections brésiliennes

Avec Lula, les Brésiliens espèrent sortir du « Bolsonarisme » !

Le résultat est très serré.

Lula Da Silva a été élu dimanche 30 octobre 2022 président du Brésil pour la troisième fois, avec un score de 50,90 % des suffrages. Son adversaire pour le second tour de l’élection présidentielle, le président sortant Jair Bolsonaro s’arrête à 49,10 % des voix.

Lula Da Silva semble bénéficier d’un regain de la participation, qui progresse pour la première fois depuis 2010 ; l’abstention n’est que de 20,59 %.

Recueillie par l’AFP sur l’avenue Paulista de Sao Paulo, la réaction de Larissa Meneses à l’annonce de la victoire de Lula résume le soulagement pour la gauche, après quatre ans de pouvoir d’extrême droite : «  Je me suis sentie comme étouffée pendant quatre ans, aujourd’hui c’est le moment de rire ». Pendant quatre ans, Jair Bolsonaro a usé de son pouvoir pour réprimer les communautés indigènes, libéraliser le port d’arme à feu et gérer piteusement la crise covid.

« Nous prendrons grand soin du Brésil et du peuple brésilien. Nous vivrons dans une nouvelle ère de paix, d’amour et d’espérance », s’est félicité dimanche Lula Da Silva, qui avait présidé aux destinées du plus grand pays d’Amérique du Sud de 2003 à 2011.

Il dit vouloir gouverner pour tous les Brésiliens. «  C’est la victoire d’un immense mouvement démocratique qui s’est formé au-delà des partis politiques, des intérêts personnels, des idéologies, pour que la démocratie en sorte victorieuse », a-t-il déclaré.

Le défi est grand pour l’ancien gamin du Nordeste, entré en politique par la lutte syndicale sous la dictature. Il va falloir panser les plaies d’un Brésil divisé par cinq ans de pouvoir de Jair Bolsonaro, qui ne manquera pas de contester sa légitimité. Depuis des mois, sur les boucles Whatsapp, les soutiens du président sortant ont laissé entendre que le camp de Lula, la gauche, truquerait les élections.

[…] Avec seulement 1,8 point d’avance sur son adversaire, Lula ne se détache pas vraiment, preuve que le bolsonarisme est très implanté dans le pays. En début de soirée électorale, il était devancé de plus de 4 points par son concurrent. Le président sortant n’a d’ailleurs toujours pas reconnu sa défaite ni réagi aux résultats de l’élection.

La conférence de presse prévue a été annulée par Jair Bolsonaro. Ses ministres qui souhaitaient le rencontrer ont essuyé un refus, selon le magazine Veja.

Le climat de l’élection, dimanche, a été très tendu. Dans certaines zones du pays, la police a organisé des barrages, retardant l’arrivée des électeurs de gauche dans les bureaux de vote.

Par ailleurs, une députée bolsonariste, Carla Zambelli, a pointé son arme vers des habitants partisans de Lula à Sao Paolo. Certains alliés ont déclaré dimanche qu’il n’y aurait pas de contestation de l’issue du scrutin. Mais ce lundi, dans au moins cinq États des manifestants et chauffeurs routiers bloquaient des axes routiers, dont celui reliant Rio De Janeiro à Sao Paulo.

[…]

Sur le plan international, la victoire du camp du progrès au Brésil, est une avancée. Alors que Jair Bolsonaro ne s’inscrivait pas dans la lutte contre le changement climatique et a œuvré à la déforestation de l’Amazonie, Lula donne un ton vert à son engagement et a promis, dimanche, que le Brésil est «  prêt à reprendre son rôle de leader dans la lutte contre la crise climatique, en protégeant tous nos biomes (milieux écologiques, NDLR), notamment la forêt amazonienne ». […]


Gaël De Santis. Source (Extraits)

————————–

Pour Breno Altman

Attention, cet article -bien que mis à jour récemment- date de quelques mois. Il est « posté » uniquement pour informer quelques traits importants, des deux prétendants à la présidence du Brésil. MC

Selon les derniers sondages, l’élection présidentielle brésilienne des 2 et 30 octobre 2022 devrait se jouer entre l’ancien président de gauche Luiz Inácio Lula da Silva et le dirigeant d’extrême droite Jair Bolsonaro devraient se qualifier pour le second tour, prévu le 30 octobre.

L’ancien syndicaliste l’emportera-t-il ? À quel prix ?

Mais que lui est-il passé par la tête ? Candidat à la présidentielle qui se tiendra le 2 et 30 octobre 2022, l’ancien chef d’État Luiz Inácio Lula da Silva (2003-2010), l’une des plus importantes figures de la gauche latino-américaine, a annoncé en avril dernier son alliance avec M. Geraldo Alckmin. Ancien gouverneur de São Paulo, ce dernier est l’un des dirigeants historiques du Parti de la social-démocratie brésilienne (PSDB), la formation conservatrice et néolibérale qui a longtemps régné sur la droite brésilienne.

Du côté de M. Alckmin, la logique s’avère implacable. En 2018, l’élection surprise de M. Jair Bolsonaro, un ancien militaire adossé à un discours d’extrême droite, précipite les formations de la droite traditionnelle dans l’insignifiance, provoquant d’interminables luttes intestines. Constatant l’impasse, M. Alckmin — candidat malheureux aux présidentielles de 2006 (quand il s’opposa à « Lula » au second tour) et de 2018 — choisit de prendre sa carte au Parti socialiste brésilien (PSB, centre gauche) afin d’entamer des négociations avec « Lula » pour devenir son colistier et candidat au poste de vice-président.

Mais du côté de l’ancien ouvrier métallurgiste, quelle était donc la logique ? On arguera que le Parti des travailleurs (PT) est coutumier des coalitions hétéroclites. En 2014, par exemple, Mme Dilma Rousseff était parvenue au pouvoir en s’alliant à l’un des barons du Parti du mouvement démocratique brésilien (PMDB, droite), M. Michel Temer. L’idée ne s’était guère révélée judicieuse : depuis son poste de vice-président (le deuxième personnage de l’État brésilien), M. Temer orchestra un putsch parlementaire, préalable à la destitution de la présidente qu’il s’était engagé à soutenir et à sa propre accession au pouvoir, en 2016. Mais le PSDB n’est pas le PMDB (devenu MDB en 2018) : avant l’ascension de M. Bolsonaro, la formation de M. Alckmin a trôné au sommet de la droite brésilienne pendant vingt-cinq ans. Pour le PT, elle incarnait l’adversaire, pas l’allié…


Le Monde Diplomatique. Source (Extraits)


Laisser un commentaire