Dissipation du liseron

Le loriot mourut de survivre.
Il survécut aux incendies
Et se réfugia dans mon cœur

Mon cœur avait donné au ciel ses liserons
Ils se sont dispersés dans des fumées contraires
Où brûlaient Bible, Évangile et Coran

La plus chaste était nue, elle était nue
Et suivait son chemin pour se laver
Son corps de marbre et d’eau était sa fleur de sang


Salah Stétié – Extrait du recueil « Le Mendiant aux mains de neige »


Laisser un commentaire