Boycott or not boycott ?

Le Qatar : Mondial de foot et autres…

Incongruité écologique, caprice financier d’un pétro-état, une démonstration calamiteuse et mortifère de l’impossible-possible, démonstration d’un capitalisme dominant les états, des infrastructures qui finiront à l’abandon : que gagne le sport dans cet événement ?

Le football, comme bien des sports hier amateurs, était signe de solidarité, d’entente commune pour un but souvent lié à la valeur représentative de la ville. Bien des valeurs disparues avec l’avènement de la financiarisation-valorisation des clubs en lieu et place des villes.

Quant aux symboliques rencontres sportives internationales entre états, elles sont le théâtre trop fréquemment de discriminations, dépassant largement le cadre du sport. MC


« Cela faisait longtemps que je nourrissais l’idée d’expliquer la marche du monde ». Pascal Boniface, directeur de l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), vient de publier sa BD Géostratégix, aux éditions Dunod. Dans ce nouvel ouvrage, il s’est fixé pour mission de rendre accessible et de permettre aux lecteurs de « mieux saisir les réalités internationales ».

C’est une nouvelle qui est tombée mardi : le Conseil olympique d’Asie a annoncé que les Jeux asiatiques d’hiver de 2029 seraient organisés par l’Arabie Saoudite. Les Jeux auront lieu dans le désert, dans une ville futuriste en construction, dont le coût est estimé à 500 milliards de dollars. « Les déserts et les montagnes d’Arabie saoudite seront bientôt un terrain de jeu pour les sports d’hiver », affirme dans un communiqué cette même organisation, en précisant que la décision avait été prise « à l’unanimité » lors de son assemblée générale à Phnom Penh.

Cette décision arrive dans un contexte particulier, à l’heure où plusieurs grandes villes françaises annoncent boycotter le Mondial de football au Qatar. Pour des raisons humanitaires où 6 500 travailleurs seraient morts sur les chantiers de la Coupe du monde, selon The Guardian, mais aussi pour des raisons environnementales. Les indignations au sujet des répercussions sur l’environnement se poursuivent encore aujourd’hui. Environ 1,2 million de fans sont attendus. Mais l’offre d’hébergement étant limitée, le Qatar a noué des partenariats avec ses voisins pour plus de 160 vols quotidiens, soit environ un avion toutes les dix minutes.

À ce jour, les villes de Lyon, Angers, Bordeaux, Brest, Lille, Marseille, Nancy, Paris, La Rochelle, Reims, Rodez, Strasbourg, Villeurbanne et Toulouse ont fait savoir qu’elles n’installeraient pas d’écrans géants pour diffuser les matchs. 


L’invité de C dans l’air : Pascal Boniface – Mondial au Qatar : faut-il boycotter ?  – Source (Podcast)


2 réflexions sur “Boycott or not boycott ?

  1. bernarddominik 21/10/2022 / 13:31

    Certes, mais refuser aux arabes le mondial de foot sous prétexte qu’il fait chaud chez eux n’est-ce pas du racisme ?
    Peut-être une aberration écologique
    Peut-être aussi une nécessité humaine?

    • Libres jugements 21/10/2022 / 15:51

      Comme pour toutes infos puisées dans les divers médias, il y a certainement des nuances, voire des obligations [réciprocités entre autres] étatiques ou envers des personnalités, il en reste pas moins vrai que certaines infos font « froid dans le dos », il nombre de salariés morts, le régime de lois islamiques appliqué, et oui, par-dessus tout, l’aberration écologique avec ses stades climatisés.
      Enfin tout cela pour vendre des heures d’audiences publicitaires afin que certains annonceurs se goinfre … euh, les actionnaires des entreprises, agents de pub, etc…
      Le sport en général n’en sort pas grandi… La réflexion vaut pour ces onéreux JO de Paris…

Laisser un commentaire