Certaines médecines…

… douces – ou parallèles – dans le viseur, à juste titre

Les « ethnomédecins »,« psychopraticiens » et « passeurs d’âme » n’auront bientôt plus aucun refuge ! Après que Doctolib a débranché, fin août, 17 profils de naturopathes liés à Irène Grosjean, praticienne qui encourage les attouchements sexuels sur mineurs, c’est au tour de Médoucine d’être dans la tourmente.

La plateforme de prise de rendez-vous pour des soins alternatifs fait l’objet d’une injonction par la Répression des fraudes pour « pratiques commerciales trompeuses » (« Marianne », 7/9). Médoucine doit, en premier lieu, cesser la diffusion « des allégations sur son site laissant croire aux utilisateurs que l’exercice de l’acupuncture peut être réalisé par des professionnels » autres que ceux qui y sont autorisés par le Code de la santé publique. Puis mettre fin à l’inscription de «professionnels ne disposant pas des qualifications requises » en les présentant comme «praticiens de confiance ».

Dans son édition du 17 novembre 2021, « Le Canard » révélait déjà que le site abritait de drôles de toubibs. Parmi eux, une « médium passeuse d’âme » qui prétendait pouvoir agir sur l’intoxication aux métaux lourds et sur la maladie de Lyme, tout en s’affirmant experte en « bénédiction de l’utérus ».

Une pratique épinglée par la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes). Un autre savant facturait, lui, 230 euros l’exploration de vies antérieures afin d’y dégoter un traumatisme enfoui. Une « psychopraticienne » suggérait, de son côté, que l’infertilité était due à « un traumatisme transgénérationnel ».

Contrairement aux médecins, les charlatans ne manquent pas !


Article signé des initiales F. R.-G. Le Canard Enchainé. 05/10/2022


Laisser un commentaire