Suite

Dormir, la lune dans un oeil et le soleil dans l’autre,
Un amour dans la bouche, un bel oiseau dans les cheveux,
Parée comme les champs, les bois, les routes et la mer,
Belle et parée comme le tour du monde.

Fuis à travers le paysage,
Parmi les branches de fumée et tous les fruits du vent,
Jambes de pierre aux bas de sable,
Prise à la taille, à tous les muscles de rivière,
Et le dernier souci sur un visage transformé.


Paul Éluard


Une réflexion sur “Suite

  1. bernarddominik 15/10/2022 / 18:04

    Je trouve Eluard particulièrement alambiqué quelques belles images mais souvent trop ésotériques pour quelqu’un qui n’a qu’une culture scientifique.

Laisser un commentaire