Mieux que rien…

… n’est-ce pas un thermocautère sur une jambe de bois ?

Ce n’est pas une taxe sur les « superprofits », mais un premier pas vers la taxation des résultats exceptionnels des grandes entreprises qui ont vu leur chiffre d’affaires bondir à la suite de la crise mondiale causée par la guerre en Ukraine [Rappelons au passage que c’est là, aussi un des points soulevé par les gréviste des raffineries de carburant. MC].

Les députés ont adopté dans la nuit de mercredi à jeudi 13 octobre en première lecture, contre l’avis du gouvernement, un amendement au budget pour 2023 visant à dissuader les grandes entreprises de distribuer des « super-dividendes », par le biais d’une majoration temporaire d’une taxe.

L’amendement déposé par le Modem a pu être adopté (227 voix pour, 88 contre) grâce notamment au soutien des groupes politiques de gauche membres de la NUPES et à celui du RN. Il a aussi reçu le soutien de 19 députés du groupe des macronistes de Renaissance. Les députés du groupe Horizons se sont pour la plupart abstenus. [comme quoi la majorité est très relative. MC]

[…]

Ce camouflet pour l’exécutif intervient après une série de revers lors du début de l’examen en première lecture de mesures contenues dans le PLF pour 2023. Les oppositions ont réussi à rejeter en première lecture, par 192 voix contre 175, l’article « liminaire » du budget, dans lequel figurait l’objectif-clé de contenir le déficit public à 5 % du PIB en 2023.


HuffPost. Source


Laisser un commentaire