J.O. : La RATP pourrait voler !

Un service public en pleine déglingue, la RATP ?

Une employée de guichet qui vous lâche, désespérée : « J’ai honte de travailler ici, je ne sais pas quoi répondre aux clients, je n’ai pas été formée… » Des machines qui rationnent les tickets en carton car les tickets c’est ringard, bientôt la carte en plastique obligatoire pour tous. Des bus imprévisibles, en retard, qui se font rares, car les conducteurs manquent à la pelle. A première vue, on pourrait croire que la RATP va très mal. Erreur !

Elle est résolument tournée vers l’avenir. Elle se prépare pour les Jeux olympiques. Dès avril 2024, elle va épater le monde entier avec ses taxis volants (« Plouf ! », 1/12/21). Rejouer « Le Cinquième Elément », le flim futuriste de Luc Besson. Elle prévoit d’installer deux « vertiports » à Paris pour les 10 taxis volants électriques et hybrides qu’elle veut mettre en circulation à cette date. L’un sur le toit de l’Arche de la Défense, l’autre sur une barge qui sera amarrée quai d’Austerlitz, pas loin de la gare.

Sur le premier, deux décollages et atterrissages par heure. Sur le second, quatre par heure. Dix heures par jour. Pas de conducteur. Quatre passagers maxi. Les taxis volants atteindront des pointes de vitesse de 120 km/h. Auront une autonomie de 25 à 30 km. Pile la distance Paris-Roissy (24 km). Justement, c’est à ça qu’ils serviront.

Seront-ils affreusement bruyants ? et climaticides ? et énergivores ? La RATP, qui mène cette opération main dans la main avec le ministère de la Transition écologique (faut verdir l’af­faire !), a demandé son feu vert à l’Autorité environnementale. Laquelle lui a poliment commandé deux « études d’impact » sur ces vertiports (1). Après avoir noté qu’il n’existait aucun risque de collision avec des oiseaux, vu qu’il n’y a guère d’oiseaux dans ces coins-là, l’Autorité demande à la RATP de revoir sa copie sur les décibels. Pas plus de 75 dbA (soit un lave-linge à plein régime) au décollage, alors qu’il existe des habitations à 200 mètres ? Vérifiez-nous ça.

L’Autorité environnementale tique aussi un chouia sur le fait que la RATP se félicite que ses taxis volants seront quasiment « zéro émission », avec 40 grammes d’équivalent CO2 par passager et par kilomètre. Il faut dire que ce calcul a été fait en imaginant que l’électricité viendrait uniquement des éoliennes : bon gag. Recalculez-moi ça.

Et le bilan énergétique ? L’Autorité recopie sans mot dire l’argument de la RATP selon lequel elle veut contribuer au « développement d’une nouvelle filière technologique de niveau mondial, participant à la transition énergétique du transport aérien » (sic). En voilà une bien bonne. La transition énergétique, c’est permettre aux usagers en manque de jet privé d’aller à Roissy en taxi volant, et pas en bus ? Vive la sobriété, vive le service public !

Le quinquennat sera écologique ou ne sera pas.


Jean-Luc Porquet Le Canard Enchainé 12/10/2022


(1) « igedd.developpement-durable.gouv.fr »


Une réflexion sur “J.O. : La RATP pourrait voler !

  1. bernarddominik 14/10/2022 / 12:23

    Je constate que le service public passe après les VIP, c’est inquiétant car si la RATP fait de l’élitisme le service public risque fort d’un pâtir encore plus.

Laisser un commentaire