Vers l’éviction d’un ministre ?

Dupond-Moretti sur la sellette.

Le renvoi d’Éric Dupond-Moretti devant la CJR avait été requis par le parquet général de la Cour de cassation. « Le 9 mai 2022, le ministère public de la CJR a pris des réquisitions de renvoi de M. Dupond-Moretti devant la Cour de justice de la République, pour des faits de prises illégales d’intérêts commis à Paris, les 31 juillet et 18 septembre 2020, alors qu’il était membre du gouvernement, en qualité de garde des Sceaux, ministre de la justice, estimant qu’il existait des charges suffisantes contre ce dernier d’avoir commis ces faits », annonçait un communiqué diffusé le lendemain.

En clair, le procureur général près la Cour de cassation, François Molins, qui représente l’accusation devant la Cour de justice de la République, estime qu’Éric Dupond-Moretti doit comparaître devant la juridiction de jugement de la CJR, soupçonné d’avoir profité de ses fonctions ministérielles pour régler des comptes personnels avec plusieurs magistrats anticorruption.

Or si Éric Dupond-Moretti devait rester au gouvernement, c’est à lui qu’il reviendrait de choisir le successeur de François Molins, qui doit prendre sa retraite dans les mois qui viennent. Le ministre choisirait alors son propre accusateur à la CJR, une incongruité de plus.

Le choix provocateur d’Emmanuel Macron

Emmanuel Macron se retrouve aujourd’hui confronté aux conséquences de sa décision très disruptive de juillet 2020 : nommer ministre de la justice un avocat notoirement allergique aux magistrats. Depuis sa prise de fonctions place Vendôme en juillet 2020, Éric Dupond-Moretti a immédiatement voulu régler des comptes avec des magistrats qu’il avait affrontés en tant qu’avocat. Il est aujourd’hui poursuivi pour avoir utilisé les moyens disciplinaires de son ministère dans le but d’affaiblir des magistrats anticorruption avec lesquels il avait bataillé, dans une situation de conflit d’intérêts sans précédent.


Extraits d’un article signé Michel Deléan. Médiapart. Source


Une réflexion sur “Vers l’éviction d’un ministre ?

  1. bernarddominik 03/10/2022 / 19:11

    Une contradiction de plus de cette république où ministres et présidents nomment ceux qui sont censés les contrôler ou les juger.

Laisser un commentaire