Ukraine : Que faire face aux crimes de guerre ?

La Cour pénale internationale (CPI) pourra-t-elle inculper Vladimir Poutine ? Sous quel motif ? Éléments de réponse.

Qui pourra avoir Vladimir Poutine dans son box des accusés ? La Cour pénale internationale (CPI) clame sa légitimité. Et en toute logique, puisqu’elle semble avoir été créée, en 1998, pour ce genre de situations : devant elle, les chefs d’État ne peuvent se prévaloir d’aucune immunité.

Son tout nouveau procureur, Karim Khan, a ouvert une enquête huit jours seulement après l’attaque russe du 24 février 2022. Du jamais-vu. Et il s’est lui-même rendu en Ukraine pour enquêter, alors que les combats faisaient rage. Il faut dire que ce dossier, assez évident et populaire, pourrait lui permettre de faire oublier le maigre bilan de la CPI (uniquement cinq condamnations en vingt ans, uniquement des Africains et principalement des seconds couteaux) et son abandon, sous la pression des États-Unis, des enquêtes concernant les soldats américains en Afghanistan.

Un certain nombre de voix, et non des moindres (le président Zelensky, la présidence tchèque de l’Union européenne…), s’élèvent pour réclamer un tribunal créé spécialement pour « connaître de ces crimes », à l’image de ce qui a pu exister pour l’ex-Yougoslavie ou le Cambodge, par exemple. Si une telle juridiction aurait le mérite de se concentrer sur ce seul conflit et, une fois en place, d’être, à première vue, très efficace, elle présenterait des risques inhérents à sa nature. « On parle parfois de « justice de vainqueurs », explique Clémence Bectarte, coordinatrice du groupe d’action judiciaire de la Fédération internationale pour les droits humains (FIDH).

 […]


Ava Roussel. Charlie Hebdo Web. Source (Extraits)


2 réflexions sur “Ukraine : Que faire face aux crimes de guerre ?

  1. bernarddominik 02/10/2022 / 08:53

    Poutine est il responsable des crimes de ses soldats? Encore faudrait il prouver qu’il en ait donné l’ordre. Et Zelensky est il si blanc qu’on nous l’affirme? Car n’oublions pas que seul le point de vue de l’Ukraine échappe à la censure mise en place par Macron. Le livre de Pizzini sur le conflit en donne la genèse et si les usa ont si vite compris la manœuvre de Poutine c’est bien qu’ils en étaient à l’origine par leurs manœuvres et provocations.

  2. bernarddominik 02/10/2022 / 14:46

    Même si on peut comprendre les intérêts géostratégiques de la Russie, cela n’excuse pas les assassinats ou la torture de civils et prisonniers de guerre. L’ONU n’a pas malheureusement été capable de garantir la neutralité ukrainienne et donc la paix. N’oublions pas que les USA n’ont pas hésité à envoyer les marines à Grenade ni de faire assassiner Allende ni de faire le blocus de Cuba quand ils ont estimé leurs intérêts vitaux en danger.

Laisser un commentaire