Une guerre onéreuse…

… pour l’économie russe !

L’article ci-dessous n’entend pas négliger l’effort de guerre financier supporté par l’état ukrainien. L’info confirme ce que disent les observateurs concernant les pertes de soldats et blessés de guerre russes, alors que Moscou s’abstient de toute communication en pertes humaines… MC


La question de l’indemnisation des familles russes touchées par la perte ou la blessure de l’un des leurs jette une lumière glaçante sur les difficultés militaires de Moscou… Si des centaines de millions d’euros ont déjà été débloqués, les sommes, au vu des bilans dressés à l’Ouest, demeurent insuffisantes.

Selon un rapport daté du 14 septembre 2022 du Congressional Research Service (CRS), qui travaille pour le Congrès des Etats-Unis, 80 000 Russes (sur un corps expéditionnaire de 190 000) seraient désormais « hors de combat », tués, blessés, disparus ou faits prisonniers.

Parmi ces 80 000, le CRS évalue le nombre de tués à 15 000, un chiffre proche des évaluations françaises — les services britanniques estimant le nombre de tués et de disparus à 25 000.

Dès le 5 mars, un oukase du président russe, complété les 18 et 30 mars et amendé le 6 juin, a fixé des réparations « avantageuses », fruit, sans doute, de son optimisme initial.

L’indemnité versée à la famille d’un soldat tué en Ukraine a été fixée à 7,4 millions de roubles, soit 125 800 euros (à quoi s’ajoute une prime d’assurance d’au moins 40 000 euros). Pour des blessures graves, les chiffres sont presque divisés par trois. Ces dispositions s’étendent aux membres de la Garde nationale (Rosgvardia), aux gardes-frontières relevant du FSB, ainsi, apparemment, qu’aux séparatistes du Donbass.

Médias roublards

Selon « Novaya Gazeta Europe », et alors qu’en juillet dernier, déjà, les versements connaissaient des retards, près de 90 milliards de roubles (1,53 milliard d’euros) auraient déjà été payés, ce qui concernerait au moins 12 100 familles.

Le 11 juillet 2022, le journal en ligne écrivait aussi que l’enveloppe retenue pour les six premiers mois de l’« opération spéciale en Ukraine » atteindrait 113 milliards de roubles, soit plus de 1,9 milliard d’euros. Des données crédibles, car publiées par un journal moscovite de référence dont la rédaction est désormais réfugiée en Lettonie, tandis que son directeur, Dmitri Mouratov (Prix Nobel de la paix 2021), est resté à Moscou.

Les régions sont également mises à contribution.

Plus des deux tiers, selon le quotidien « Vedomosti », participent à hauteur de 1 million de roubles par soldat tué, et certaines (dont celle de Moscou ou de Novossibirsk) vont jusqu’à 3 millions. Rappel : le salaire moyen net en Russie est d’environ 700 000 roubles annuels.

Depuis le 9 septembre, l’ex-oligarque Mikhaïl Khodorkovski fait circuler sur des réseaux sociaux d’opposition un document présenté comme une lettre de cadrage budgétaire du ministère des Finances.

Destinée à l’administration présidentielle et à celle du Premier ministre, elle concerne l’indemnisation en 2023 des familles de soldats. La principale somme mentionnée — « 361,9 milliards de roubles » (soit plus de 6 milliards d’euros) — correspondrait à une indemnisation pour plus de 50 000 hommes « hors combat ». Si l’authenticité du document est discutée, les chiffres évoqués recoupent d’autres informations produites, de bonne source, par le camp antiguerre.


Article signé J.C. Le Canard Enchainé. 28/09/2022


Laisser un commentaire