Des médias entrangement taiseux…

… là où pourtant il faudrait présenter la vérité aux concitoyens… Le [les] gouvernement [s succesifs] pille[nt] les ressources consacrées aux retraites.  MC

Le hold-up de l’État sur le Fonds de réserve pour les retraites.

En voilà, un instrument qui serait utile pour pallier les carences de l’assurance-vieillesse !

Créé il y a vingt-trois ans par Jospin, le Fonds de réserve pour les retraites (FRR) devait, selon les projections de l’époque, être riche de 150 milliards d’euros en 2020. Las ! on plafonne aujourd’hui à 26 milliards. Il faut dire que Sarkozy a coupé son financement en 2010. Et que, depuis, l’Etat puise allègrement dans ce pactole.

C’est en 1999 que Dominique Strauss-Kahn (ministre des Finances) et Martine Aubry (Travail) mettent sur pied cette caisse, « qui complétera les ressources de notre système de retraite lorsque son besoin de financement augmentera brutalement à partir de 2005 ». Sauf que cette réserve est un « fonds de pension » : les compléments de retraite qu’il est censé verser un jour aux seniors proviendront des dividendes de ses placements financiers, et non des cotisations des actifs, comme c’est le cas avec le système par répartition.

Entre 1999 et 2010, le FRR reçoit pour 31 milliards de versements de l’Etat : recettes de privatisations, vente de licences de téléphonie mobile, prélèvements sociaux sur les revenus du capital, etc. L’affaire tourne bien : selon un rapport sénatorial (21 juillet 2021), en 2011 le fonds a déjà récolté 6 milliards de produits financiers à partir de l’argent collecté.

Vache à lait

Mais, en 2010, Eric Woerth, le ministre du Travail d’alors, coupe les subsides au FRR. « A quoi bon régler les problèmes du futur, alors qu’on n’arrivait pas à régler les problèmes présents ? explique-t-il froidement au « Canard ». Il fallait une réforme du système. » Son gouvernement repousse de deux ans (à 62 ans) l’âge de départ à la retraite et s’octroie le droit de mettre la main sur le magot du FRR. « Le gouvernement avait besoin de ronds, ils ont sacrifié le futur au présent », commente le sénateur LR René-Paul Savary, coauteur du rapport sur le FRR.

L’Etat commence donc à se servir du Fonds pour honorer les vieilles ardoises de la Cades, la Caisse d’amortissement de la dette sociale (qui, depuis 1996, rembourse les déficits passés de la Sécu et des retraites). Celle-ci doit recevoir 27 milliards d’ici à 2024, plus 12 milliards de 2025 à 2033, date prévue pour la fin du remboursement des dettes sociales du passé.

Le FRR s’appauvrit encore en juillet 2020, alors que, crise sanitaire oblige, les marchés sont au plus bas, lorsque 5 milliards de ses actions sont vendues pour abonder le régime général. Pas de chance !

Malgré ces multiples ponctions, le Fonds a encore de beaux restes : 26 milliards, précisément, qui, bien placés (à près de 7 % en 2021), lui rapportent des sous. En 2021, malgré le versement annuel de 2,1 milliards à la Cades, sa valeur n’a diminué « que » de 315 millions, note le Conseil d’orientation des retraites. A ce rythme, selon le rapport sénatorial, il lui restera encore entre 7 et 14 milliards en 2033.

A moins qu’un besoin pressant (par exemple un cinquième report de la fin de vie de la Cades, originellement fixée en 2009) pousse à traire encore plus vigoureusement ce Fonds provocateur qui persiste à faire de bonnes affaires.


Hervé Martin. Le Canard Enchainé. 28/09/2022


Mais, qui parle de SCANDALE ????


Une réflexion sur “Des médias entrangement taiseux…

  1. bernarddominik 29/09/2022 / 21:54

    Eric woerth le pire ministre des finances de la cinquième république. Il laisse un trou de 500 milliards.

Laisser un commentaire