La Nupes, vers l’implosion

Avec Fabien Roussel, il faut que ça saigne.

Le patron du PC a la fibre populaire. Élu du nord, il est aux premières loges pour mesurer la distance qui s’est créée des années auparavant entre la gauche et les masses parties chez Le Pen.

Selon lui, il faut que la gauche retrouve un discours en phase avec ce que pensent les personnes. Et non qu’elle leur fasse la leçon comme les bobos qui prétendent dicter leur assiette au populo. En pleine présidentielle, il s’était pris le chou, tout un symbole, sur la bouffe avec l’écolo Sandrine Rousseau :

« Un bon vin, une bonne viande, un bon fromage : c’est la gastronomie française. Le meilleur moyen de la défendre, c’est de permettre aux Français d’y avoir accès. » Il a encore repris la Verte parisienne cet été, qui philosophait sur la « virilité » du barbecue : « Pour moi, on mange de la viande en fonction de ce que l’on a dans le porte-monnaie, et pas en fonction de ce qu’on a dans sa culotte ou dans son slip. »

Fabien Roussel a ensuite invité tout le monde à venir partager un barbecue à la Fête de l’« Huma ». Même Mélenchon est venu.

Tous les invités lui sont tombés dessus, les goujats. Tous l’ont mis sur le gril.

Fabien Roussel avait eu le malheur, à l’ouverture des festivités, d’expliquer que la gauche devait « défendre le travail et ne pas être la gauche des allocations et minima sociaux » pour parler aux électeurs. Ça a choqué. Que la gauche rêve d’une société où chacun ait un boulot dans lequel il s’épanouisse au lieu de s’étioler dans l’assistanat, ce n’est pas politiquement correct, surtout à la veille de nouvelles discussions sur l’assurance-chômage.

Mathilde Panot est tombée dedans. « Nous ne pouvons combattre la droite et l’extrême droite en reprenant leurs mots », a tancé la patronne des députés Insoumis. Roussel, facho, salaud ou peu s’en faut ?

Les écolos lui ont mis la tête sur le billot et les mélenchonistes ont haché menu celui qui a osé se présenter à la présidentielle contre leur grand homme. Comme si Marchais avait fait perdre Mitterrand en 1981.

« Je demande qu’on arrête les jérémiades », a ordonné Mélenchon, qui n’a pas cessé les siennes.

  • Le chef des Insoumis n’aime pas ceux qui ne lui sont pas soumis, ça se confirme.

Article signé des initiales J.-M. Th. Le Canard Enchainé. 14/09/2022


Taper sur un membre ayant intégré « La Nupes » voulue par les insoumis consiste à faire diversion sur les problèmes d’ententes interne notamment avec l’affaire Adrien Quatennens… Quant aux partis politiques composants après accord « La Nupes », Julien Bayou, les verts, est, lui aussi, dans la tourmente. Enfin, sortir de son contexte des brides de phrases prononcées par Fabien Roussel, relève de la déformation d’infos. Au final, nous n’avions pas compris le ralliement des partis politiques, PS, Vert et PCF avant le second tour des législatives avec « La Nupes », surtout connaissant les volontés « de » l’omnipotente statut Jean-Luc et de son entourage proche. MC


« Plus aucun agresseur ne doit occuper de poste de pouvoir au sein des partis politiques. » Voilà la requête qui anime le mouvement #relèveféministe, né le 18 septembre 2022 sur les réseaux sociaux à la suite de l’affaire Adrien Quatennens.

Le coordinateur national de la France insoumise a avoué, dimanche, des faits de violences conjugales envers son ex-conjointe qui avait déposé une main courante, et annoncé par conséquent se mettre en retrait de cette fonction.

Le #relèveféministe réclame sa démission de son mandat de député du Nord. Mais, au-delà de ce communiqué, c’est la réaction de nombreux insoumis, et celle du premier d’entre eux, Jean-Luc Mélenchon, qui a déclenché sa colère.

Sans un mot pour la victime présumée, le fondateur de la FI a salué la « dignité » et le « courage » d’Adrien Quatennens, préférant dénoncer « la malveillance policière » et « le voyeurisme médiatique » (l’affaire ayant d’abord fuité dans le Canard enchaîné), plutôt que les faits qui sont reprochés au député.

Avant, face au tollé, d’assurer, trois heures plus tard, qu’il n’était pas « indifférent » à ce que peut vivre l’ex-conjointe de ce dernier.

Une réaction symptomatique du manque de prise au sérieux des violences sexistes et sexuelles (VSS), pour les féministes. « Les femmes victimes de violences se sont senties trahies, a fortiori celles qui sont encartées dans un parti portant des mesures contre les VSS, lâche Fabienne El Khoury, d’Osez le féminisme. Le féminisme est instrumentalisé dès que ça sert un agenda politique pour atteindre un adversaire. Quand c’est un proche qui est visé, on retourne aux vieux réflexes de solidarité masculine, où on a plus de sympathie pour l’agresseur que pour la victime. »


Une réflexion sur “La Nupes, vers l’implosion

  1. bernarddominik 21/09/2022 / 12:47

    C’est dommage que Fabien Roussel n’aie pas parlé du droit au travail correctement rémunéré plutôt que proposer le club med dans sa campagne pour les présidentielles. La diatribe menée par Mélenchon et la FI contre Roussel montre un Mélenchon bien éloigné de la valeur travail et de la dignité des travailleurs qui ne réside pas dans la mendicité mais dans le travail.

Laisser un commentaire