CQFD

À l’Assemblée : la Macronie au royaume de l’absurde

En renvoyant systématiquement la Nupes à « l’extrême gauche », la Macronie continue de banaliser l’extrême droite, qui, présente en force à l’Assemblée nationale, se félicite d’avoir autant de ventriloques.

Benjamin Lucas a eu raison de se révolter. Le 3 août, le député de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes) et membre du parti Génération·s, est sorti de ses gonds sur le plateau de BFMTV.

Face à lui, le député Renaissance (ex-LREM) Paul Midy se lançait dans un couplet ressassé ad nauseam par la majorité présidentielle, renvoyant dos à dos « l’extrême gauche et l’extrême droite » à l’Assemblée nationale – manière de se dispenser de débattre sur le fond, ce à quoi les macronistes doivent se réhabituer maintenant qu’ils n’ont plus la majorité absolue.

« C’est indigne ! Je ne me ferai plus traiter de militant d’extrême gauche, ni à l’Assemblée nationale ni sur les plateaux. Quand vous dites ça, vous banalisez ce qu’est l’extrême droite et vous préparez l’accession au pouvoir de Mme Le Pen ! », a rétorqué l’ancien président du Mouvement des jeunes socialistes, député des Yvelines, à qui il ne serait jamais venu à l’idée de revendiquer le titre de marxiste-léniniste. 

C’est pourtant devenu le psittacisme préféré du camp présidentiel.

Avec la même ignorance historique qu’ils accusent Robespierre d’être un tyran sanguinaire […], ses représentants assignent à la Nupes – et à La France insoumise (LFI) en particulier – l’identité d’extrême gauche comme un stigmate infamant. Et peu leur importe de rejoindre à cette occasion la litanie haineuse des député·es du Rassemblement national (RN), champions en la matière. 

Les ventriloques de l’extrême droite

Voici quelques exemples, glanés sur quelques jours de débats dans l’enceinte de l’hémicycle, qui témoignent du bon apprentissage de cette rhétorique confusionniste par l’ensemble des partis de droite. 

Le 26 juillet, la députée Les Républicains (LR) Véronique Louwagie accuse « l’extrême gauche » – synonyme de Nupes, donc – de vouloir « prendre sur les pensions militaires ».

Le 2 août, sur fond de procès en antisémitisme mené contre LFI […], le ministre de la justice Éric Dupond-Moretti se tourne vers les bancs de la Nupes pour adresser « un petit mot à l’extrême gauche ».

Le même jour, le député Renaissance Pieyre-Alexandre Anglade amalgame, comme il se doit, RN et Nupes dans la formule « les extrêmes » pour leur reprocher de vouloir « une sortie de l’Europe ».

Le 4 août, le député Renaissance Charles Sitzenstuhl ratiocine : « Les Français veulent que nous ne fassions pas ce que l’extrême gauche fait encore aujourd’hui : de l’obstruction systématique. »

Pour le dernier jour de la session parlementaire, le ministre du budget, Gabriel Attal, fait enfin dans l’originalité : « Il est apparu clairement que la responsabilité budgétaire est à trouver sur ces rangs [désignant ceux de Renaissance – ndlr], pas sur les rangs des extrêmes. » Et d’ajouter qu’il a constaté une « dérive malheureuse d’une certaine gauche passée à l’extrême, passée d’une forme de rêve à une triste philosophie ».

Dans un rappel au règlement, Benjamin Lucas le reprend à la volée, lui conseillant de « faire un stage en matière d’histoire de la République ».

De deux choses l’une, en effet : soit la Macronie a un sérieux problème de culture politique, soit elle joue sciemment un jeu dangereux dont se délecte une extrême droite en embuscade. Car il va de soi que ni la Nupes ni LFI en particulier – puisque c’est souvent d’elle qu’il s’agit – ne sont d’extrême gauche.

Non, la Nupes n’est pas d’extrême gauche

Nés historiquement de la crise du PCF et du stalinisme, ainsi que de Mai-68, les partis qui se revendiquent aujourd’hui d’extrême gauche, ou « communistes révolutionnaires » – le Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), Révolution permanente et Lutte ouvrière (LO) – n’ont grosso modo pas changé de discours.

À l’inverse des partis qui composent la Nupes, ils rejettent la voie électorale et parlementaire, et misent sur le renversement du capitalisme uniquement par la mobilisation populaire. […]

Le mouvement insoumis fait partie du renouveau des gauches radicales en Europe, qui ne s’inscrivent pas dans la voie insurrectionnelle, mais affichent bel et bien leur ambition d’exercer le pouvoir. […]

Il faut donc se rendre à l’évidence : Marine Le Pen a trouvé chez certains responsables de Renaissance (LR-EM) des ventriloques de qualité.

Le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran, est si perméable au catéchisme réactionnaire de l’extrême droite qu’il est allé jusqu’à reprendre mot pour mot, le 25 juillet sur LCI, l’expression de Jean-Marie Le Pen sur la « gauche pastèque » : « Verte à l’extérieur et rouge à l’intérieur »

[…]

En adoptant les mots du RN, la Macronie, qui lui a déjà fait la courte échelle par pur cynisme politique lors de la précédente séquence électorale, contribue chaque jour un peu plus à sa normalisation. La campagne des élections législatives, qui jouait déjà sur ce registre, avec la complicité du « cercle de la raison », a donné le résultat que l’on connaît : 89 députés RN à l’Assemblée nationale.

Les fins limiers macronistes assument maintenant presque ouvertement leur pas de deux avec le parti d’extrême droite. […]


Mathieu Dejean. Médiapart. Source (Extraits)


4 réflexions sur “CQFD

  1. forget 10/08/2022 / 20:25

    Après avoir liquéfié le PS, en le doublant sur sa droite, asséché LR, qu’attendre de plus du representant du capital, notre bien-aimé Vulcain? De tout temps quand les tenants du pouvoir économique, sentent que le torchon brûle, ils sont toujours prêts à pactiser avec les meilleurs tenants des méthodes les plus autoritaires, voire fascistes, et surtout à leur préparer la route…

  2. bernarddominik 10/08/2022 / 21:28

    La minorité macronienne à permis de voir que le discours social du RN n’est que du vent, car au moment du vote les députés RN s’associent aux mesures anti sociales des macroniens. Cette alliance de fait sonnera peut-être la fin des ambitions du RN

  3. j jacques badeigts 11/08/2022 / 17:57

    Extrêmes cons vous connaissez? Si ceux qui ont mis en place la sécurité sociale, se sont toujours battus pour l’amélioration sociale, les communistes par exemple, sont des gens d’extrême gauche alors oui nous le sommes face à ce capitalisme usurier et totalitaire et ses larbins au pouvoir. Mais pour avoir été au pouvoir un peu ils ont laissé des traces durables que les serfs du fric veulent détruire.

    • Libres jugements 13/08/2022 / 01:47

      Merci pour ce commentaire. Merci d’avoir insisté.
      Mon matériel info est à l’étage avec plein de marche… difficiles à gravir dans mon cas depuis 3 jours, impossible lorsqu’un épanchement de synovie immobilise une de tes jambes.
      En fait, certainement tordu le genou en courant après le mignon, saletés de chat ! Tout gentil… mais qui a 13 mois, ne connait pas les dangereux automobilistes du quartier.
      Par conséquent, parcours du combattant en cette période estivale entre Vallon et l’hôpital d’Aubenas pour radio. Bien évidemment, je ne peux pas conduire, ma femme a perdu sa matinée. Résultat pas de cassure spontanée, mais nécessite de fort anti douleurs qui mettent à plat.
      Amitiés
      Michel