Ehpad. Suite

Les dirigeants d’Orpea continuent de tomber des nues !

Lors de l’assemblée générale du groupe (28/7), le président par intérim, Philippe Charrier, a assuré : « Aucun signal faible ne laissait présager ces dysfonctionnements. Les taux de satisfaction étaient très élevés, supérieurs à 90 % »

Tout comme le chiffre d’affaires ! Malgré la publication des « Fossoyeurs » (Victor Castanet, Fayard), il est en progression de 6,4 % (hors acquisitions) au premier semestre 2022.

Les actionnaires, qui ont vu le cours de l’action divisé par quatre en six mois, sont venus demander des comptes au sujet d’Yves Le Masne, ancien directeur général, licencié le 30 janvier. « Que le fisc mette à poil votre ancien directeur général et sa voyoucratie en col blanc », a lancé l’un d’eux, selon « Le Parisien » (28/7). Si l’assemblée a voté contre le versement de l’indemnité de départ de l’ex-patron, elle a aussi rappelé que sa rémunération passée s’élevait à près de 1,2 million d’euros par an.

Le nouveau président, Guillaume Pepy, a enfin promis qu’il serait « intraitable sur les questions éthiques et humaines, et sur la culture du résultat ».

De quoi rassurer les résidents rationnés ?

Son prédécesseur a mentionné qu’Orpea avait vu son chiffre d’affaires multiplié par 20 en vingt ans, laissant entendre que la dynamique devrait se poursuivre : « Le nombre de personnes âgées dans le monde ne cesse de croître ».

Les affaires n’arrêtent pas les affaires !


Article signé des initiales F. R.-G. Le Canard Enchaîné. 03/08/2022


2 réflexions sur “Ehpad. Suite

  1. bernarddominik 08/08/2022 / 09:27

    La privatisation du secteur social, cliniques, maisons de retraite est une ineptie comme l’a été l’acceptation des dépassements d’honoraires.
    Tout ça est issu de l’incapacité de la gauche à redéfinir la mutualité, qui avec le tiers payant avait ouvert la voie à l’entrée du capital dans la santé.
    On sait que la droite y a fait ses choux gras…

    • Libres jugements 08/08/2022 / 10:23

      Olllllla, l’ami, c’est qui ta gauche ?
      Si tu intègres le PS dans cette gauche, effectivement la destruction de la sécu service public sera effective, pardon intégrée dans le système commercial.
      Non, soyons sérieux, m’sieurs-dames les seuls qui pourraient s’ils étaient en majorité dans l’assemblée, au moins sur ce problème, est bien les communistes… qui sur ce point l’ont bien montré en 1945 et pendant de longues années à protégé et guérie avec succès, des millions de malades et retraités.
      Amitiés
      Michel