François Cornut-Gentille, tel un boomerang !

En politique, le recyclage est un art.

Élu à six reprises depuis 1993 député de la Haute-Marne, le pilier de l’Assemblée nationale François Cornut-Gentille, qui a été successivement RPR, UMP et LR, s’est fait battre en juin par la candidate RN Laurence Robert-Dehault.

Or, en 2017, touché par les nouvelles règles sur le cumul des mandats, il avait dû démissionner, la mort dans l’âme, de son mandat de maire de Saint-Dizier, qu’il exerçait sans discontinuer depuis 1995.

Mais, il est resté conseiller municipal, et certains l’accusent de continuer de tirer les ficelles derrière Quentin Brière, son ancien dircab, maire depuis 2020.

Grâce à quoi, le 19 juillet, un mois pile après sa défaite aux législatives, le conseil municipal de Saint-Dizier s’est soudain réuni, en plein été, pour faire de François Cornut-Gentille un nouvel adjoint chargé de l’attractivité économique et du soutien au développement, avec une indemnité de 1 900 euros brut par mois.

De quoi faire hurler l’opposant communiste Jean-Luc Bouzon : « Les électeurs l’ont sorti par la porte et vous le ramenez par la fenêtre ! » On ne saurait se débarrasser ainsi d’un grand homme !

Dans la foulée, le conseil d’agglomération de Saint-Dizier, dont Cornut-Gentille, meurtri, avait aussi dû abandonner la présidence, s’est réuni pour confier à l’ex-député une « mission de réflexion et de proposition » consistant notamment à dialoguer avec la soixantaine de maires de l’agglo.

À un peu plus d’un an des sénatoriales, voilà qui peut toujours servir… à se propulser dans un autre hémicycle !


Article signé des initiales J.C. Le Canard Enchainé. 27/07/2022


Laisser un commentaire