Versailles : Une population de libéraux et de catholiques traditionalistes

[…]

Monsieur François de Mazières, maire de Versailles depuis 2008, aime la bicyclette et l’architecture. Sexagénaire aux allures d’étudiant sage, il mène une croisade contre la laideur urbaine et contre la réputation conservatrice de sa ville !

[…]

La ville doit sa notoriété au palais bâti sur ordre de Louis XIV au XVIIe siècle, à la suite des travaux inauguraux de son père. Chaque année, quelque huit millions de visiteurs, dont 81 % d’étrangers, visitent le château et son parc. Versailles fut le siège du gouvernement de 1682 à 1789, théâtre des débuts de la Révolution française. L’Assemblée nationale monarchiste élue en 1871 s’y réfugia, s’arrangea avec l’occupant prussien et donna mandat à Adolphe Thiers pour noyer dans le sang la Commune de Paris, républicaine et sociale.

[…]

Versailles serait la cinquième cité francilienne la plus recherchée, « hors critères de prix » (1). De fait, la cote de l’immobilier y est élevée, qu’il s’agisse, comme facteurs de choix, de sécurité, d’éducation, d’emploi, de santé ou de fiscalité.

Au cours des cinq dernières années, les prix des appartements et maisons ont crû de 5 à 10 %, une augmentation qu’on observe aussi dans nombre de communes de la proche banlieue parisienne. Pour les appartements avec terrasse et les maisons avec jardin, « la hausse est comprise entre 10 et 15 %. Plus que jamais, les espaces extérieurs sont recherchés et très demandés », précise la Fédération nationale de l’immobilier. Conséquence du Covid, le télétravail, qui s’est banalisé, incite un nombre croissant de cadres à se mettre au vert. Mais, avec un prix moyen au mètre carré de 9 000 euros, seuls les plus fortunés peuvent se payer un bel appartement ou une maison dans les quartiers chics. Peuplée de 85 000 habitants, Versailles figure au palmarès des villes françaises comptant le plus de contribuables assujettis à l’impôt sur la fortune immobilière (IFI). En 2019, ils étaient 1 096 dans ce cas, et déclaraient un patrimoine moyen de 2 230 000 euros (2).

« Admirez la beauté de ces artères »

Présentatrice d’émissions gastronomiques à la télévision (« Les carnets de Julie » sur France 3, « Fourchette et sac à dos » sur France 5), Julie Andrieu est une néo-Versaillaise comblée. « J’ai quitté le bruit et le stress parisiens il y a quatre ans », témoigne cette mère de deux enfants, mariée au chirurgien-vedette Stéphane Delajoux. Attirée par la vie à la campagne, elle choisit la voie du « compromis », autrement dit les grands espaces et la tranquillité à vingt kilomètres de Paris. Elle convainc son époux de s’installer dans une maison avec jardin à deux pas du parc du château, qu’elle parcourt régulièrement à vélo. « Versailles allie les commodités parisiennes à la qualité de vie d’une ville de province », résume M. Philippe Godenèche, gérant de l’agence immobilière Mansart.

Nous retrouvons M. Mazières sur l’esplanade de l’hôtel de ville, avenue de Paris, l’une des plus larges du monde (93 mètres).

[…]

M. Mazières, énarque et inspecteur des finances, le maire de Versailles se défend d’être un pur esthète épris d’art pour l’art. Il souligne le « risque de voir nos villes de plus en plus moches », faute de « pensée et de cohérence » urbanistiques. « Si la ville est laide, elle est moins accueillante, elle génère plus de tensions. En prenant soin de l’esthétique, en favorisant la création, c’est en réalité une action sociale que nous conduisons », proclame un dossier de presse municipal.

Ennemi du « moche », M. Mazières s’emploie à embellir sa ville avec un sens aigu du détail et du mobilier urbain. Des trompe-l’œil illustrant les Fables de La Fontaine recouvrent les armoires de télécommunication ou électriques, jugées « disgracieuses ». Place du Marché, des reproductions de personnages d’un spectacle donné en 1662 « habillent » les pavillons d’accès au parking souterrain… et les bacs poubelles.

Autour de la salle du Jeu de paume, premier jalon de la démocratie française, l’artiste Le CyKlop a décoré cinquante et un poteaux antistationnement. Peints à la bombe et au pochoir, ces ersatz de Lego incarnent des figures de l’histoire locale. Trompe-l’œil, potelets Lego et « Space Invaders » (des personnages inspirés d’un jeu vidéo des années 1980) égayent les quartiers les plus anciens de la ville et les plus huppés en raison de leur proximité avec le château.

[…]

Inauguré en 2019, le nouveau quartier de Versailles Chantiers est en phase avec la population d’urbains en quête de bien-être et de verdure. L’ancienne friche de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) a muté en espace de logements et de bureaux. S’ajoutent une nouvelle gare routière, un parking à vélos et une piste cyclable traversant les jardins de l’ancien étang Gobert. Sur le parvis de la gare, En selle Marcel, « la boutique du vélo et du lifestyle cycliste », s’adresse à une clientèle un poil branchée, avec ou sans triporteur pour enfant.

À l’angle, un magasin Biocoop labellisé « économie sociale et solidaire » propose des produits issus du commerce équitable. À première vue, les habitants de Trappes ne se bousculent pas pour s’inscrire aux ateliers animés par des naturopathes ou aux formations au jardinage. Une ferme urbaine en permaculture fait la fierté de M. Mazières.

« Le maire surfe sur la vague du greenwashing  », tacle l’élu municipal écologiste indépendant Renaud Anzieu, tout en lui concédant « un coup d’avance » sur le développement des pistes cyclables. Au-delà des actions et opérations de communication municipales, des initiatives écocitoyennes fleurissent dans la ville et ses environs.

On y recense douze associations pour le maintien d’une agriculture paysanne (AMAP), douze ressourceries, et même un supermarché coopératif à but non lucratif. Cette prise de conscience environnementale n’est pas l’apanage des nouveaux habitants.

Promue par les franges progressistes du catholicisme versaillais, elle s’inspire de l’encyclique du pape François Laudato si’, porteuse du concept d’« écologie intégrale », qui associe étroitement défense de l’environnement et préférence pour les plus pauvres.

En bordure de parc du château, la Maison de l’Ermitage se veut « un tiers-lieu engagé pour l’humain et pour la terre ». Côté rue, un jardin partagé court le long du mur. À l’opposé, côté parc, des bacs à compost. Ex-pavillon de chasse offert par Louis XV à sa favorite, la marquise de Pompadour, le luxueux domaine appartient à une congrégation religieuse, l’ordre des sœurs auxiliatrices. Formations de développement personnel, séminaires d’entreprise, hébergement et aide aux migrants, accompagnement spirituel : l’Ermitage, c’est tout cela à la fois.

[…]

La solidarité avec les réfugiés ukrainiens, chrétiens orthodoxes pour la plupart, ne soulève aucune objection. Le 18 juin, les sœurs servantes du Sacré-Cœur ont organisé une cérémonie conviviale pour célébrer l’accueil de douze rescapés de la guerre déclenchée par la Russie. Une dizaine de nonnes originaires d’Afrique de l’Ouest partageaient ce moment. « En février dernier, le diocèse de Versailles nous a demandé si nous pouvions aider des réfugiés ukrainiens. Les familles ont été installées dans une maison vide qui accueillait autrefois de jeunes trisomiques », nous précise sœur Marie-Béatrice, économe générale du couvent situé avenue de Paris, dans un ensemble cossu.

Les « bobos » chassent les familles nombreuses

Opulent, le patrimoine religieux versaillais découle du pouvoir d’achat des habitants de la ville, dont la ferveur chrétienne a par ailleurs peu d’équivalents en France : « 2 % des Français se disent catholiques et vont à la messe tous les dimanches. À Versailles, nous sommes à 10 %, et dans certains quartiers à 25 %, se réjouit M. Amar. À Jeanne d’Arc, à côté de la gare Rive-Droite, un habitant sur quatre va ainsi à la messe chaque dimanche. »

La ville compte sept paroisses, contre deux à Sartrouville, 55 000 habitants, et une à Mantes-la-Jolie, 43 000 âmes. « Cette concentration a tendance à s’accentuer, par un phénomène de regroupement », explique M. Valentin. Les jeunes prêtres cèdent eux aussi au charme de la ville. En moyenne, un curé versaillais est âgé de 53 ans, alors que la moyenne nationale est plus proche de 75 ans. Avec 15 000 affiliés, les Yvelines sont également le premier département français en nombre de scouts. Enfin, les établissements scolaires catholiques de qualité, sous contrat ou hors conventionnement avec l’État, foisonnent.

Néanmoins, la baisse générale de la pratique religieuse (nombre de baptêmes, enfants qui suivent des cours de catéchisme) n’épargne pas tout à fait Versailles.

[…]

Sociologiquement et politiquement, l’élection de M. Mazières annonçait-elle celle de M. Macron ? Conservatisme bon teint pour l’un, progressisme bourgeois pour l’autre. C’est la thèse de M. Pascal. Un épisode survenu à Versailles le 2 février 2013 aurait préfiguré par l’absurde le futur « en même temps » macronien. Ce jour-là, devant le château, entre dix mille et quinze mille personnes exigeaient le retrait du projet de loi autorisant le mariage homosexuel.

C’était la plus importante Manif pour tous en France. Au même moment, la majorité des députés s’apprêtait à adopter l’article premier de la loi. Or le député-maire Mazières, qui a combattu ce texte dans la rue avec ses administrés, en vote « par erreur » le premier article… Rétrospectivement, cet acte manqué amuse M. Bouglé, défenseur intransigeant de la famille traditionnelle, qui nous reçoit dans son bureau de consultant en patrimoine artistique : « Voyant le succès de la Manif pour tous à Versailles, Mazières soutient le mouvement, puis vote le texte malgré lui. Il gagne sur les deux tableaux, conservateur et progressiste. Bravo l’artiste ! »

[…]

En 2022, le maire appelle à voter pour la candidate de droite Pécresse à la présidentielle ; elle arrive quatrième derrière MM. Macron, Zemmour et même Mélenchon. Il soutient ensuite la candidature à la députation de son jeune adjoint Charles Rodwell, cette fois sous la bannière « majorité présidentielle ». Enfin, son poulain l’emporte, contre le candidat de La France insoumise. Les questions sociétales divisent la droite versaillaise, mais elle fait bloc sitôt que les valeurs sonnantes et trébuchantes reviennent au premier plan.

La loi bioéthique qui a élargi la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes et aux femmes seules explique une partie du vote Zemmour. Mais, « outre ce texte, estime M. Pinte, l’allongement de deux semaines du délai légal pour pratiquer un avortement a été la goutte d’eau qui a poussé la frange la plus conservatrice de l’électorat versaillais vers Zemmour ».

[…]

Dans l’église traditionaliste Notre-Dame des Armées, le prêtre célèbre la messe en latin, dos tourné aux fidèles. Le dimanche à 10 h 30, quand la nef déborde de communiants agenouillés jusque sur le trottoir, avec ou sans bébé dans les bras, l’office est retransmis en direct sur YouTube.

L’association Renaissance catholique a déposé dans l’église une pile de prospectus annonçant sa trentième université d’été. On y débattra des « mythes et réalités du grand remplacement », et du « wokisme contre la civilisation ». Deux des conférenciers prévus sont M. Jean-Yves Le Gallou, conseiller de M. Zemmour, et M. Bruno Gollnisch, ancien vice-président du Front national (FN).

Toutefois, le Rassemblement national (RN), héritier du FN, n’a jamais brillé à Versailles. Trop « popu » aux yeux de la bourgeoisie du cru ? En 2022, une Versaillaise alpaguée place du Marché confiait à un militant lepéniste : « Je ne vais tout de même pas voter comme ma femme de ménage ! », nous rapporte un adhérent du RN qui souhaite rester anonyme.

[…]


David Garcia. La Monde Diplomatique. Source (Extraits)


  1. Source : Fédération nationale de l’immobilier, 22 juin 2022.
  2. « IFI, où vivent ceux qui paient l’impôt sur la fortune ? », Le Figaro, Paris, 13 janvier 2020.
  3. Bureau de vote n° 31, école élémentaire La Source.
  4. Lire Jean-Baptiste Malet, « Le système Pierre Rabhi », Le Monde diplomatique, août 2018.
  5. « Versailles, des collectifs de bénévoles citoyens pour les migrants », Institut Tribune socialiste, Paris, juin 2017.
  6. « Pourquoi, chrétiens, nous nous opposons à l’installation de camps de migrants », consultable sur www.christianophobie.fr, 12 octobre 2016.
  7. Yves Chiron, Histoire des traditionalistes, Tallandier, Paris, 2022.