Le fisc donne des ailes à une compagnie aérienne

Un cadeau fiscal de 115 millions d’euros…

… soit presque la moitié de son chiffre d’affaires d’avant la pandémie !

————-

Grâce à une disposition applicable à l’outre-mer (le « Girardin industriel », qui permet de déduire de sesimpôts jusqu’à 120 % des investissements faits outre-mer), la compagnie aérienne Air Tahiti Nui (ATN) s’est goinfrée. Dans un référé publié le 20 juillet, la Cour des comptes grimpe au cocotier et canarde cette niche fiscale immorale… mais parfaitement légale.

ATN, qui appartient au gouvernement de la Polynésie, a renouvelé sa flotte, commandant (en 2015) deux Boeing 787 (préférés à Airbus), et, grâce à un montage financier très complexe, cette dépense a allégé ses impôts.

La Cour note que les banquiers d’ATN sont eux aussi comblés. Pour avoir prêté une centaine de millions à ATN, ils empochent un bonus fiscal de 11 millions. Champagne !

Signé par Pierre Moscovici, premier président de la Cour, le référé demande à Bercy de revoir fissa les critères et l’encadrement de cette niche en or massif.

On se demande bien pourquoi.


Article non signé lu dans Le Canard Enchainé 27/07/2022


2 réflexions sur “Le fisc donne des ailes à une compagnie aérienne

  1. Sigmund Van Roll 01/08/2022 / 00:40

    La république en marche ( LREM) a été remplacée par le République bananière en marche depuis l’arrivée de notre pingouin national 🥵🥵🥵🤮🤮🤮

    • Libres jugements 01/08/2022 / 09:16

      J’aime le coté « pingouin national » pour le locataire temporaire encombrant l’Élysée.
      J’vois très bien la démarche guindé en habit de queue de pie de cet animal, vouai ça lui va comme un gant.
      Amitiés
      Michel

Laisser un commentaire