Les arguments…

… du maire d’Istres pour séduire ses opposants

François Bernardini a une très, très bonne excuse. Il est, dit-il, maire d’« un gros village où tout le monde se connaît ». Alors forcément, à Istres (44 000 habitants, quand même), les emplois (parfois fictifs), ce sont ses amis, voire ses ex-ennemis, qui en bénéficient. Idem pour les marchés publics. Et, tiens, la famille peut en profiter aussi, à l’occasion… Le système fonctionne : aux municipales de 2020, Bernardini, maire depuis 2008, a été réélu dès le premier tour, avec 54,8 % des voix. Un exemple à suivre !

Hélas, ce n’est pas l’avis des magistrats du Parquet national financier (PNF). Après six ans d’acharnement judiciaire, ces grincheux viennent de renvoyer l’ex-éléphanteau socialiste (désormais pacsé avec la droite départementale, ralliée à Macron et oui la ou il est possible de « glaner » quelques intérêts…) devant le tribunal correctionnel de Paris.

Pour des broutilles, en plus : corruption, détournement de fonds publics, trafic d’influence, etc.

Divins pardons

Bon, Bernardini ne sera pas le seul à devoir monter à la capitale. Treize de ses acolytes, au moins, seront du voyage.

Tout ça, écrit le PNF au tout début d’une « note de synthèse » de 85 pages datée du 29 juin 2022, parce qu’« une enquête [met] en évidence l’existence d’un cercle d’habitués réalisant des actes délictueux pour un intérêt privé ». Mesquins, ces juges.

Pourtant, Bernardini n’a pas un mauvais fond. Il est même prêt à beaucoup pardonner. Prenez Philippe Colonna, par exemple. Il y a une vingtaine d’années, il est secrétaire de section du PS à Istres. Plus vraiment fan de son camarade, il appelle même, pour les municipales de 2001, à la constitution d’« un front républicain contre monsieur Bernardini, condamné par la justice et exclu du PS, contre le clientélisme, le totalitarisme et l’affairisme ».

C’est que son copain, conseiller municipal au moment des faits, vient de ramasser sévère devant la cour d’appel : dix-huit mois de prison avec sursis, 400 000 francs d’amende et cinq ans d’inéligibilité pour détournement de fonds publics et abus de confiance.

Ralliements bénis

Sept ans plus tard, pas rancunier, Bernardini intègre Colonna à son cabinet, avant de le muter à la Direction de la communication, jusqu’à son départ à la retraite, en 2016.

Menée par les gendarmes de la section de recherche de Paris, l’enquête a conclu qu’il ne disposait d’« aucun emploi réel » mais touchait quand même un salaire modique (288 860 euros par an). Ce qui lui laissait tout le loisir d’organiser des… salons du vin. Il est des nôôôtres !

Pas sectaire pour un sou, le maire a également soigné un autre opposant. Gaulliste affirmé, Alain Aragneau lui fait la guerre pendant trente-cinq ans. Et puis, soudain, en 2014, il le rejoint sur sa liste, au nom de l’« intérêt municipal ».

Un an avant son ralliement, le 29 septembre 2011, Pascale, sa fille, avait obtenu de la mairie un bail aux « conditions financières particulières », pour ne pas dire très avantageuses. Papa assiste aux délibérations mais ne bronche pas : la demande a été formulée au nom d’une société qui n’existe pas encore, et le nom de fifille n’est pas mentionné.

En 2013, miracle ! sa petite boîte d’installation de cuisines devient sous-traitante d’un marché de rénovation des cantines scolaires. Les titulaires du marché l’ont décroché après que son montant a été « artificiellement et irrégulièrement relevé »…

Bernardini, c’est bien naturel, soigne aussi les siens !

Pour cela, il s’appuie encore sur un ex-opposant.

En juillet 2010, le promoteur Philippe Cambon obtient un permis de construire pour l’édification en centre-ville d’un immeuble de trois étages. Il chargera la fille du maire de commercialiser les logements restants, moyennant rétribution via des « factures non justifiées ».

C’est interdit, d’apprendre vite et bien ?


Didier Hassoux. Le Canard Enchainé 27/07/2022


Une réflexion sur “Les arguments…

  1. bernarddominik 31/07/2022 / 22:27

    Bernardini est un émule de Guerini, autre socialiste et marseillais célèbre

Laisser un commentaire