Députée experte dans son domaine

Passée au second plan lors des débats autour du projet de loi sur le pouvoir d’achat…

… la question des loyers a néanmoins entrainé de vives discussions dans l’hémicycle, le 21 juillet.

Discussions à la vivacité desquelles la députée LFI de Paris Danielle Simonnet n’était pas étrangère.

Celle-ci s’est lancée dans de grandes tirades : « Il est urgent de considérer le logement comme un droit et non comme une marchandise », ou encore « La rente, le profit, la spéculation au détriment du droit au logement, ça suffit »…

Sur quoi son collègue Insoumis Matthias Tavel a renchéri et demandé que « les députés qui pourraient avoir intérêt à ce que les loyers augmentent le déclarent et s’abstiennent de prendre part à [leurs] travaux comme au vote ».

Réplique immédiate du député MoDem Richard Ramos : « Faites aussi le tri dans votre groupe ! Que ceux qui défendent les locataires s’abstiennent lorsqu’ils occupent un logement social ! »

Applaudissements dans le reste de l’hémicycle, sauf chez les Insoumis, qui protestent.

Parce que le député Ramos a mis le doigt là où ça fait mal :

Députée du XXᵉ arrondissement et conseillère de Paris, Danielle Simonnet dispose depuis 2003 d’un logement social de 83 m2 dans cet arrondissement, au prix de 1 300 euros par mois, un loyer beaucoup moins élevé que celui d’un appartement identique dans le secteur privé. Vouloir vivre dans le quartier qui fut le cœur battant de la Commune, ça n’a pas de prix pour une élue Insoumise.

La réponse de Danielle Simonet, (susceptible sur son logement).

Déjà épinglée en octobre 2017, alors qu’elle n’était que conseillère de Paris, elle avait donné cette explication sublime au lecteur du quotidien « le Parisien » « Je ne veux pas me loger dans le privé, enrichir un propriétaire et participer à la spéculation immobilière ». Imparable.

« Le Parisien » étant revenu à la charge le 20 juin 2022, la toute récente députée s’était agacée : « Personne ne me pose la question, mais, puisque vous me le demandez, oui, je vais le quitter (l’appartement). »

Un mois plus tard, la Régie immobilière de la Ville de Paris n’a pas encore reçu le moindre préavis de départ.

Preuve qu’il n’est pas si facile de se loger comme tout le monde, sans « enrichir un propriétaire » !


2 réflexions sur “Députée experte dans son domaine

  1. bernarddominik 31/07/2022 / 12:31

    Oui bien vu. Dans un pays où l’épargne est malmenée par les assureurs et banquiers qui assurent leurs profits au détriment des petits épargnants, il n’est pas d’autre solution pour les travailleurs d’assurer leur retraite par un investissement immobilier, sachant que la pension de retraite est entre 55 et 65% du salaire moyen perçu, et que l’inflation en grignote une part chaque année, il faut être aveugle pour tenir le discours de Mme Simonet et de la FI.
    Je crois surtout que ces jeunes députés n’ont aucune expérience de la vie, et pour certains viennent de pays où l’espérance de vie rend illusoire la retraite.
    Il y a chez la FI l’idée que le travail n’est pas une obligation puisqu’il suffit d’augmenter les impôts pour assurer un bon niveau de vie aux éternels vacanciers.

  2. Pat 31/07/2022 / 14:53

    Derrière toutes ces « politesses », il n’en demeure pas moins que toutes les formes de spéculations sont inacceptables et que les prix des loyers deviennent fous par rapport aux revenus des classes populaires…Economiser l’énergie en isolant les locaux c’est bien mais…avant il faut déjà avoir un toit sur sa tête. L’homme passe avant.

Laisser un commentaire