Antisémitisme…

Il est hélas encore possible que, par ignorance ou calcul politique, certains puissent évoquer cette journée sans prononcer le mot « juif ». Nous en sommes arrivés au point où il faut rappeler cette évidence : la rafle visait des Juifs, elle ne visait qu’eux, en raison de leur judéité, selon une définition raciale qui incluait même les convertis à une autre religion.

L’enseignement de l’histoire n’est pas défaillant au point que nos responsables politiques ne connaissent pas l’existence du statut des Juifs et les responsabilités de l’État français dans la Shoah.

On ne peut ignorer que l’antisionisme de l’ultragauche maquillait mal l’antisémitisme. Pour preuve, cette phrase d’Ulrike Meinhof, de la Fraction armée rouge allemande : « Six millions de Juifs furent tués et jetés au fumier de l’Europe parce qu’ils étaient des Juifs d’argent. »

Le 17 juillet, le président de la République a choisi de s’exprimer sur la rafle du Vél’ d’Hiv depuis un nouveau lieu de mémoire, à Pithiviers, dans le Loiret, autre camp d’internement des Juifs.

Son discours est impeccable, notamment ce passage où il décrit la déportation des Juifs comme le résultat « d’une politique gangrenée par l’antisémitisme, initiée dès juillet 1940 et dont les racines plongeaient dans les décennies de notre histoire qui précédaient ».

Deux bémols toutefois. Il dit : « Ne jamais rien céder, réprimer et punir, commémorer et instruire. »

Face à l’antisémitisme contemporain sous toutes ses formes, il faut avant tout renforcer le volet « réprimer et punir ». Zéro impunité, sans quoi l’impression sera qu’on commémore volontiers les Juifs morts, mais qu’on laisse les vivants être des cibles.

Il a aussi ajouté : « Nous continuerons d’en sonder les racines profondes [de l’antisémitisme] et les ramifications nouvelles. » Alors, que cela se fasse en actes, en mobilisant les chercheurs de toutes les disciplines pour qu’ils forment les élus (ceux de Renaissance et les autres) et les décideurs publics aux multiples nouvelles facettes de l’antisémitisme.


Jean-Yves Camus. Télérama. source Web (Extraits) https://charliehebdo.fr/2022/07/societe/antisemitisme-la-memoire-ne-suffit-pas/


Notre avis, qui comme d’habitude n’engage que nous : commémorer est une bonne chose alors que tant de personnes font l’impasse sur ces événements, à commencer par certains historiens et pseudo éditorialistes-journaleux. Il est pas moins vrai que d’autres religions (orthodoxes, protestantes, islamistes, indouistes, etc.) sont (voir récemment) en France, comme dans le monde, toutes aussi spoliées massivement, uniquement à cause de leur attachement religieux. Pourtant, il y a peu de commémorations en lien avec les différents génocides, alors pourquoi institutionnaliser plutôt le judaïsme ? MC


4 réflexions sur “Antisémitisme…

  1. bernarddominik 29/07/2022 / 09:03

    Tout à fait d’accord avec la note de Michel. Mais j’avoue que cette manière de faire des discours sur tout m’importune et je ne les écoute plus.

  2. j jacques badeigts 29/07/2022 / 09:21

    Pourquoi ne pas faire une journée de la liberté de penser qui évoquerait tous les massacres perpétrés au nom de la religion ?

    Tous les massacres justifiés par la volonté de voir disparaître l’autre qui ne croit pas en la même chose ?
    Des saint Barthélémy, il y en a quotidiennement (en France comme partout dans le monde) et le silence est la règle.
    Pourquoi ne pas en profiter pour dénoncer la supercherie et affirmer que c’est l’homme qui a créé Dieu et non l’inverse.
    Respecter les croyants ne signifie pas entrer dans le jeu des charlatans qui vivent à leurs crochets.

    • Libres jugements 29/07/2022 / 12:43

      Laurent, tu m’as habitué à une plus large expression… mais finalement, c’est peut-être ce que mérite cette attitude !
      Amitiés
      Michel