Mascarade…

… les pouvoirs ne sont pas à une contradiction près pour embobiner les citoyens.

Ainsi, un jour, ils expliquent que Poutine va voir ce qu’il va voir avec les sanctions qui lui seront imposées. Plus de pétrole, de gaz russe, proclame-t-on en cœur dans les couloirs sombres de Bercy jusqu’aux vastes corridors silencieux et mystérieux de la Commission européenne.

Puis le lendemain, tout ce beau monde se met à pleurnicher parce que le même Poutine menace de fermer le robinet de gaz. Il vient de ré-entrouvrir le robinet du gazoduc Nord-Stream 2. Et nos généraux des sanctions demandent l’ouverture complète du robinet après avoir montré les dents sur nos écrans de télévision.

Et puis, il y a cette sinistre farce : de grandes sociétés de transport ou des géants du pétrole, souvent à base américaine, vont chercher du pétrole en Inde ou en d’autres pays. Ce pétrole provient de Russie. La Russie la vend à prix cassé à l’Inde. L’Inde nous le revend au prix cher.

Quelle intelligence de cette classe dirigeante décadente. Qui n’a pas vu que les dirigeants américains poussent l’Europe à multiplier les sanctions pour nous vendre leurs produits ?

Ainsi, les mêmes qui parfois, l’air sombre et pénétré, nous expliquent qu’il faut quatre ministres de la Transition écologique et autant d’autres à qui ils ont ajouté le mot « souveraineté » au bout de l’intitulé de leurs ministères, achètent le gaz de schiste nord-américain, reçoivent les rois, princes et sous princes des pétromonarchies du golfe pour leur acheter plus de pétrole en échange de plus d’armes sophistiquées.

Pas de hasard à tout ceci !

Les affaires sont les affaires et le capitalisme ne fait pas dans la dentelle ; la sinistre et injustifiable guerre de Poutine lui donne des arguments. Les profiteurs de guerre qu’ils soient américains, russes, européens, qataris qui ensemble sirotent leur apéritif frais sur la Costa Del Sol ou dans un yacht sur la Méditerranée pendant que les soldats se font trouer la peau et que l’on prépare les peuples à « la sobriété », autre terme pour dire que l’on va se serrer la ceinture, sont aux anges !

C’est pour protéger tous ceux-là que le gouvernement ne veut en aucun cas relever les salaires des travailleurs. Le pouvoir macronien veut bien des compromis. La limite de ceux-ci est qu’ils ne touchent pas au capital.

On l’a vu récemment avec force lors débat prétendument pour le pouvoir d’achat. Le pouvoir a dû concéder une légère augmentation des retraites et des prestations sociales de 4%, et enfin accepté la déconjugalisation de l’allocation adulte handicapé après l’avoir refusé à six reprises lors du précédent quinquennat.

Sa loi n’est pas une loi pour le pouvoir d’achat ; aucune mesure ne compense les pertes de ces dernières années, ni ne couvre l’inflation actuelle et à venir. C’est plutôt une loi actant la baisse du pouvoir d’achat qu’ont voté ensemble les députés macronistes, de droite et d’extrême-droite ; trois forces qui en aucun cas ne veulent l’augmentation des rémunérations du travail par un peu de partage des richesses que créent les travailleurs.

Leur obsession : maintenir le règne de la captation de la plus-value créé par le travail. Il y avait pourtant une disposition de « compromis » défendue par nos amis Pierre Dharéville et François Ruffin en séance : réindexer les salaires sur les prix. Cela ne fait pas augmenter le pouvoir d’achat, mais empêche que les salaires perdent en pouvoir d’achat.


La lettre du 23/07/2022 – Patrick Le Hyaric. Source (Extraits – Lecture libre)


Une réflexion sur “Mascarade…

  1. bernarddominik 24/07/2022 / 18:36

    C’est vrai que ce pouvoir n’est pas à une contradiction prés.
    Sa seule constante est l’augmentation de la rentabilité du capital, mais pas celui du petit épargnant, celui des gros financiers

Laisser un commentaire