Records dans la nature

Originaires des White Mountains, aux Etats-Unis, ils vivent à plus de 3 000 mètres d’altitude et supportent très bien les pluies, les vents et les basses températures. Le plus vieux d’entre eux, et du monde, afficherait quelque 4 900 ans. On l’a d’ailleurs baptisé Mathusalem. Quant à sa longévité, elle viendrait de son bois très dense et résineux, ininflammable et imputrescible qui le protège de l’attaque des bactéries, champignons et autres insectes.

Mais, il faut le constater, près des trois-quarts des branches de cet incroyable arbre sont des branches mortes. Alors, on s’inquiète pour sa vie.

Si cet arbre est le plus vieux, il n’est pas le plus grand. Le record de hauteur était une espèce d’eucalyptus australien dont un spécimen, tombé au XIXe siècle, atteignait 114,30 mètres soit l’équivalent d’un immeuble de trente-deux étages !

Aujourd’hui, la palme revient à un séquoia du Parc National de Redwook en Californie et qui mesure 111 mètres. Il peut, paraît-il, encore grandir car il n’a « que » 600 ans et a une espérance de vie de 2 000 ans!

La graine de cet arbre ne pèse que 4 à 5 milligrammes! La graine la plus lourde, celle de la noix de coco dite « coco-fesse » à cause de sa forme, pèse jusqu’à vingt kilos. A propos, cette noix, la « coco-fesse » a amené l’expression « cucul la praline » car elle fut découverte dans l’île de Praslin…

Il existe un végétal très accueillant qui pousse au Mexique. Cet « acacia cornigera » a conclu un pacte d’amitié avec les fourmis. Il leur offre une habitation de premier choix dans ses épines recourbées et évidées. Et, en plus du couvert, le vivre est assuré, grâce au nectar que ses feuilles sécrètent. En échange, les fourmis lui offrent leur protection contre les herbivores indésirables et les plantes invasives qui pourraient priver ce végétal de lumière. Belle association, non ? Il existe également une plante

C’est une jolie plante grimpante aux fleurs blanches, le dompte-venin qui s’épanouit l’été dans les bois humides. Les insectes, par exemple les papillons, qui lui rendent visite sont vite piégés. Et pourtant, cette plante n’a pas besoin des insectes pour se nourrir. C’est juste une sorte de spasme botanique. Un réflexe ravageur, en somme…


Laisser un commentaire