Frous-frous sous les cornières

Dans la vitrine se déploient des caracos fleuris, des soutiens-gorge balconnets, des culottes échancrées dans des tons de fraîcheur, de pois de senteur mauves et bleus, quelques photos de modèles alanguis arborent des ensembles noirs plus sulfureux. Les allusions démoniaques de ces dessous soyeux sont-elles vraiment démenties par le sourire franc des cover-girls qui vous regardent en face, sans arrière-pensée apparente? Sans doute est-ce au contraire le comble de la perversité. On entre là avec un alibi des plus humbles, des plus honnêtes :

— Tu passeras me prendre des boutons-pression chez Mme Rosières ?

Mme Rosières ! Oui, la tenancière de cet émoustillant comptoir d’ambiguïtés officielles affiche un nom de pruderie fanée. Quant aux panoplies lucifériennes, on a du mal à croire qu’elles puissent être vendues par une Mme Rosières, quelque part dans l’ombre des cornières.

Dehors il faisait lourd, d’une chaleur orageuse dont la touffeur vous avait suivi à la Maison de la Presse, et même dans la luxueuse pharmacie voisine. Mais chez Mme Rosières, il fait bon, il fait crème — la couleur de tous ces minuscules tiroirs qui s’empilent jusqu’au plafond. La boutique est un long couloir; au fond se dresse le comptoir. Dans le renfoncement qui lui succède, deux petites vieilles sont assises, l’une vêtue de sati­nette fermière, un chapeau de paille rubané sur les genoux, l’autre en tablier bleu, très écolière d’autrefois.

La satinette est de passage et de conversation, Mme Rosières est l’écolière. Elle se lève, et s’approche avec un empressement flatteur — mais bientôt on comprend qu’elle n’est pas fâchée d’avoir interrompu ainsi le babillage envahissant de sa compagne. Très momentanément. Malgré votre présence, la satinette lancera sans écho mais sans renoncement des phrases régulières :

  • Moi, la tapisserie, ma pauvre, je n’ai plus le goût !
  • Il faudra que tu me redonnes du coton à broder.
  • C’est bien mardi prochain, la foire à la volaille?
  • Cette chaleur, cette chaleur!

Au fond du magasin, le frou-frou cède la place aux canevas : biche aux abois, gitane langoureuse, chanteur sucreux, paysage breton. Mais c’est tout autour du comptoir que s’affiche le trésor des lieux. Il y a d’abord, rangés par ordre croissant de taille sur des pla­quettes de carton blanc, des boutons de toutes formes. Émaux utilitaires, camées pratiques, ces bijoux du raffinement ordinaire n’ont de sens que par juxtaposition avec leurs sem­blables. Ce serait un sacrilège d’acheter les vert pâle, et de les priver de la contiguïté des vert prune, des vert émeraude, et des rose corail.

La même irisation complémentaire préside au rangement des bobines de fil, sur le présentoir mural qui fait chanter une palette d’infimes dégradés. Pour les cotons à broder, l’art de la nuance est plus secret. Mme Rosières les extrait des tiroirs où ils ondulent par affinité de ton, et brandit une poignée de serpents bruns, noués aux deux extrémités par une bague de papier noir.

Une pensée incongrue vous traverse. Mme Rosières, l’écolière des patiences ravaudeuses, la sainte patronne des broderies pour doux regards aux yeux baissés, Mme Rosières la protectrice des vêtements de qualité qu’on use jusqu’au bout en changeant les boutons, Mme Rosières a-t-elle recours pour sa propre élégance aux sous-vêtements pois de senteur? On l’eût vouée pourtant aux engonçantes gaines rose chair amoncelées sur un étal non loin de sa boutique, le jour du marché, à l’avantageux confort des culottes de pilou qui s’empilent près des robes paysannes.

Et cependant. Si Mme Rosières a toute sa vie maintenu la tradition de la lingerie fine, c’est sans doute qu’elle en a adopté à sa manière quelques tentatives, quelques coquet­teries, quelques audaces. À son âge, évidemment… Mais c’est peut-être là le secret de cette atmosphère si précieuse et si fraîche qui flotte à l’ombre des cornières.

Le caraco fleuri que porterait Mme Rosières ne serait pas destiné au contentement de quelque brutalité mâle, ni à l’autosatisfaction d’une jeune femme à son miroir. Non, ce serait un caraco parfait, un ascétique caraco choisi pour l’absolu de sa couleur, de sa texture. Voilà pourquoi le temple crème a cette fraîcheur baptismale. Voilà pourquoi, malgré la modestie de son tablier bleu, Mme Rosières reste imperceptiblement nimbée d’une aura singulière : elle est la vierge du frou-frou.


Philippe Delerm (Extraits)


Laisser un commentaire