Macron, président « Uber alles »

Comme les bonnes nouvelles se font rares pour l’exécutif…

… le fait que six députés socialistes n’aient pas voté la motion de censure, le 11 juillet, a mis l’Elysée en lévitation.

La présence parmi eux de Valérie Rabault, ancienne présidente du groupe parlementaire socialiste, aujourd’hui vice-présidente de l’Assemblée, a même été considérée comme « une victoire » ! « C’est une première brèche qui s’est ouverte dans la Nupes », a commenté Emmanuel Macron.

Dans une moindre mesure, il s’est également félicité de la pugnacité dont Elisabeth Borne a fait preuve lors du débat.

« François Bayrou aurait-il fait mieux ?» s’est interrogé malicieusement unconseiller de l’Elysée.

Après quoi le chef de l’Etat a demandé à ses troupes de se montrer résolument offensives sur deux terrains. Elles doivent d’abord continuer de canonner la Nupes, et en particulier son guide. « Mélenchon, a-t-il insisté, répète à l’envi qu’il a gagné la présidentielle et les législatives, et tout le monde fait comme si c’était le cas. Il faut lui rappeler sans cesse qu’il a tout perdu. Nous avons, certes, une majorité relative, mais, lui, il a une minorité absolue. »

Enfin, et surtout, les macronistes ne doivent pas baisser la garde dans l’affaire des « Uber Files ».

« Nous n’avons aucune raison d’être sur la défensive s’est écrié Macron.

Au contraire, il faut être très offensif, car j’assume tout. Le dossier est vide. Il n’y a aucune illégalité. C’est juste un ministre qui a fait son job [et a] un peu bousculé les structures pour permettre à un groupe étranger d’investir en France et de fournir du travail dans des quartiers. »

Certains de ses conseillers semblent moins flambards et craignent que l’affaire n’accentue l’image d’un Macron désigné comme le « président des riches ».

Pas terrible, en effet, de passer pour le lobbyiste en chef d’une multinationale américaine irrespectueuse des droits sociaux et payant peu, pour ne pas écrire presque pas, d’impôts en France (3,3 millions d’euros en 2020, pour un chiffre d’affaires de 76 millions). Heureusement, il y a le (petit) coup de Rabault…


Article non signé lu dans Le Canard Enchainé. 13/07/2022


Une réflexion sur “Macron, président « Uber alles »

  1. jjbadeigtsorangefr 16/07/2022 / 09:53

    Quand il prétend avoir « un peu bousculé les structures », il se fout de la gueule du monde, c’est le Code du travail ni plus ni moins qu’il détruit.
    Plus de barrières, on fout ce chiffon qui limite l’exploitation capitaliste au feu et l’on s’en vante.

Laisser un commentaire