D’Angleterre et d’après Walter Ellis

Confortablement réélu en avril dernier, le président français se retrouve six semaines plus tard à 39 sièges de la majorité absolue à l’Assemblée nationale.

Dessin de Joep Bertrams – Grone Amsterdammer.

Le voilà désormais avec un gouvernement minoritaire, cerné des deux côtés du spectre politique par les oppositions.

Cependant, et c’est énorme, plus personne ne demande sa tête. Macron est assuré d’occuper la plus haute fonction de la Ve République jusqu’au printemps 2027. Mais en fonction de ce qui se passera dans la fosse aux lions de l’Assemblée, il restera dans l’histoire comme un président remarquable, ou juste comme le dernier représentant d’un chapelet de chefs de l’État insignifiants.

Après […] des mois à gérer un quotidien politique chargé, notamment l’invasion russe de l’Ukraine, Macron est, dit-on, épuisé et pas au mieux de sa forme. Il fait plus que ses 44 ans et a perdu cet allant qui en 2017 faisait presque de lui un ovni dans la classe politique française récente.

Sans doute attend-il avec impatience les vacances avec son épouse au fort de Brégançon, la villégiature présidentielle de la Côte d’Azur où durant trois étés il a accueilli son homologue russe, Vladimir Poutine. [et vlan prends dans les dents au passage !]

Mais il faut continuer de gouverner la France, avec ou sans le président et Élisabeth Borne, fraîchement nommée Première ministre, donnait mercredi 6 juillet 2022 son discours de politique générale : elle a annoncé une réforme des retraites qui passera [certainement difficilement] notamment [à cause du] recul progressif de l’âge de départ, des mesurettes contre la crise du pouvoir d’achat et en faveur des services de santé, […] notamment.

[…]


Courrier intl. Source (Extraits)


Laisser un commentaire