À EDF : Jamais deux sans trois !

Le 14 juin 2022, à la centrale nucléaire de Flamanville, dans la Manche, le moteur Diesel d’Ultime Secours (DUS) [pour mémoire, voir.] … a de nouveau pris feu.

Un mauvais gag, qui s’était déjà produit les 25 février et 6 avril 2021.

Ces moteurs géants de 70 tonnes ont été installés depuis 2020 par EDF dans ses centrales. Ils permettent de refroidir le réacteur en cas de gros pépin et d’éviter ainsi une catastrophe type Fukushima. Néanmoins, à peine mis en service, nombre d’entre eux ont connu une série d’incendies.

En cause ? Des fuites d’une huile qui s’enflamme au démarrage des moteurs. C’est chaud !

D comme DUS

Comme l’a rappelé « Le Canard » (17/12/21), ce brûlant problème a déjà été pointé quatorze ans auparavant aux USA par la Commission de régulation de l’énergie nucléaire américaine.

Bien identifié, ce défaut de conception n’a pas empêché EDF d’acheter, pour près de 1 milliard d’euros, 56 DUS… du modèle le plus inflammable !

Après que neuf d’entre eux ont grillé en dix-huit mois, l’électricien a été sommé par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) de trouver une solution fissa.

Travaux sur les moteurs, protocoles de démarrage revus de fond en comble, rien n’y a fait : le DUS de Flamanville a flambé une troisième fois. Dès le lendemain de l’incendie, l’ASN a déboulé

Le Palmipède a mis le bec sur les conclusions de son enquête. Dans ce document daté du 23 juin, le gendarme du nucléaire constate que les nouvelles procédures « ont été correctement mises en œuvre sur le diesel du réacteur numéro 2 », mais qu’« elles n’ont pas empêché le renouvellement d’un départ de feu ».

En clair, la solution pensée par EDF… a fait long feu !

Contacté par « Le Canard », l’électricien n’a pas souhaité commenter.

« C’est un très grave problème pour la sûreté nucléaire. Non seulement nos centrales ne peuvent pas compter sur leur ultime filet de sécurité, mais cela dénote aussi un défaut de qualité dans l’analyse des incidents », souligne Laure Barthélemy, chargée de recherche au sein du réseau Sortir du nucléaire — le premier à avoir tiré la sonnette d’alarme sur les diesels d’ultime secours.

Au moins, EDF est au courant…


Article signé des initiales : O. B.-K. et C. L. Le Canard enchaîné. 06/07/2022


Alors que le gouvernement [sur les directives européennes] prévoit de privatiser EDF, qui aurait pris l’engagement de résoudre ces problèmes à la fois techniques ET aussi (surtout) financiers ? Le, c’est pas moi, c’est l’autre, c’était avant, ça ne nous regardent pas… mais, utilisateurs, faut passer à la banque… MC


2 réflexions sur “À EDF : Jamais deux sans trois !

  1. bernarddominik 12/07/2022 / 08:14

    Il y a bien des ingénieurs qui ont validé l’achat de ces moteurs, ont ils reçu une enveloppe ? L’état actionnaire ne peut pas laisser passer sans sanctions une telle faute.

    • Libres jugements 12/07/2022 / 11:11

      C’est la vente d’Alstom aux USA, puis le rachat d’une partie par l’État français… dont il est question ici… une vielle histoire qui revient.

Laisser un commentaire