L’Amérique et le mec « rien à foutre ».

Trump a gagné.

Non, ce n’est pas une « vérité alternative », mais bien la réalité américaine, un an et demi après son départ de la Maison-Blanche.

Si personne ne semble faire le lien entre les récentes décisions de La Cour suprême sur le port d’armes, l’IVG ou le climat, et les révélations ahurissantes qui se succèdent tout au long des auditions menées par la commission d’enquête sur l’assaut du Capitole, elles sont bien les symptômes du même mal. Les quatre années de « trumpisme » ont bouleversé, sans doute pour longtemps, l’identité politique des États-Unis, qui n’ont d’ailleurs plus grand-chose d’unis, tant les tensions entre citoyens – et même entre États, la Californie s’étant proclamée ainsi « refuge » des Américaines souhaitant avorter – sont exacerbées.

Depuis un mois, à la Chambre des représentants, des membres de l’entourage de Trump et de son administration défilent devant neuf parlementaires, démocrates et républicains, pour raconter la journée du 6 janvier 2021 et les semaines qui ont précédé.

On a appris, entre autres, qu’il s’en est fallu d’un cheveu (et du refus de quelques pontes, avocats et hauts fonctionnaires républicains de participer à un coup d’État organisé depuis la Maison-Blanche) que L’Amérique ne bascule dans la guerre civile et que le vice-président Mike Pence ne soit lynché par des miliciens néonazis, avec la bénédiction de Trump. Lequel a tout fait, jusqu’à l’impensable, pour faire annuler illégalement l’élection de Biden et rester au pouvoir.

Ce récit incroyable, qui doit se poursuivre jusqu’à la mi-juillet, n’est pas celui d’une seule journée, ni même des semaines qui ont suivi l’élection de 2020, mais celui de tout un mandat.

 Il raconte ce qu’a vraiment été, au-delà des guignolades médiatisées, la présidence Trump. Son Amérique « great again », il s’est ingénié à la construire, sans s’embarrasser de scrupules, durant les quatre années de son mandat, modifiant les cartes électorales dans les « swing states », multipliant les lois aberrantes, s’appuyant sur les plus radicaux, des évangélistes chrétiens aux militants suprémacistes blancs, nommant des juges ultraconservateurs à la Cour suprême, et parvenant, à force de coups d’éclat et de bobards gigantesques, à s’imposer, lui, le milliardaire soutenu par les lobbies pétroliers, chimiques et industriels, comme la voix des déclassés méprisés par l’élite démocrate.

Avec une seule réponse à tous les arguments légaux ou de bon sens qu’on pouvait lui opposer, y compris dans son propre camp : « rien à foutre ». C’est d’ailleurs ce qu’il a répondu quand on l’a informé que des miliciens armés attaquaient le Capitole.

Cette Amérique d’opérette, ou plutôt de western, nous l’avons désormais sous les yeux. Les juges conservateurs qui ont rendu, pratiquement coup sur coup, trois verdicts aux fondements purement idéologiques, eux non plus, n’en ont « rien à foutre ».

Ils l’ont dit en langage plus châtié que Trump, avec un enrobage d’arguties juridiques sur la lettre de la Constitution, mais c’est bien Le sens de Leurs trois décisions, et de toutes celles qu’ils prendront à l’avenir, n’en doutons pas. Rien à foutre de la société américaine, rien à foutre si les citoyens et les États s’affrontent, armes à la main si nécessaire, rien à foutre de vivre au xxie siècle et pas au XVIIIe…

Au Texas, au Nevada, jusque dans le Michigan et en Pennsylvanie, pas vraiment des États « sudistes », ce sont des trumpistes convaincus qui ont gagné les primaires républicaines pour les prochaines élections de mi-mandat, en novembre, au détriment de leurs rivaux plus « modérés ». Et ils ont gagné sur le thème de l’élection truquée. Ces républicains fanatiques joueront un rôle déterminant dans l’élection présidentielle de 2024, et, comme leur chef, ils ne reculeront devant rien, car ils n’en ont « rien à foutre ».

Le coup d’État a bien eu lieu. Tout au long d’un mandat que l’on a eu le tort de prendre pour une immense pitrerie.


Gérard Biard. Charlie Hebdo. 06/07/2022


Une réflexion sur “L’Amérique et le mec « rien à foutre ».

  1. jjbadeigtsorangefr 11/07/2022 / 16:16

    Un tribunal devrait régler les comptes de ce facho.

Laisser un commentaire