IVG : “Il suffira d’une crise…”

D’où vient cette citation de Simone de Beauvoir ?

[…] Depuis la révocation, vendredi 24 juin, par la Cour suprême, de l’arrêt dit Roe vs Wade qui accordait depuis un demi-siècle aux Américaines le droit d’avorter dans tout le pays, […] la phrase [de Simone de Beauvoir (1908-1986] en forme d’avertissement, ou de triste prémonition, que chacun répète aujourd’hui, […] est citée par l’écrivaine, diplomate et militante féministe Claudine Monteil dans plusieurs ouvrages consacrés à Simone de Beauvoir, dont elle fut proche. […]

L’an dernier, alors que l’on commémorait le cinquantième anniversaire du Manifeste (signé par 343 femmes déclarant avoir avorté clandestinement et appelant à la légalisation de l’avortement en France), Claudine Monteil a raconté, dans un témoignage donné au site de l’Assemblée nationale, l’histoire du Manifeste, dont elle fut l’une des plus jeunes signataires (sous le nom alors de Claudine Serre).

Faisant courir son récit jusqu’au discours prononcé par Simone Veil à l’Assemblée en novembre 1974, prélude à la loi du 17 janvier 1975 relative à l’interruption volontaire de grossesse, dite « loi Veil ». Claudine Monteil conclut : « Un jour, en 1974, alors âgée de vingt-quatre ans, je m’exclamai : “Simone, nous avons gagné !” Son visage se ferma : “Certes, Claudine, nous avons gagné, mais temporairement. Il suffira d’une crise politique, économique et religieuse, pour que les droits des femmes, nos droits, soient remis en question. Votre vie durant, vous devrez demeurer vigilante.” »


Nathalie Crom. Télérama. Source (extraits)


Une réflexion sur “IVG : “Il suffira d’une crise…”

  1. jjbadeigtsorangefr 08/07/2022 / 21:39

    Rien n’est acquis définitivement, chaque conquête est âprement remise en cause par ceux qui la refusent. Les congés payés, la sécurité sociale… et j’en passe, sont remis en cause en permanence.
    Seule la lutte peut freiner leurs ardeurs.

Laisser un commentaire