SNCF : un heureux flop !

Les dirigeants des grands services publics français ont des contretemps, en ce moment.

À la SNCF, on constate, selon « Le Figaro » (16/6), le « flop de l’ouverture du train à la concurrence ». Emportés par le grand souffle libéral qui prévaut en France, les patrons de la SNCF avaient décidé de louer à des transporteurs privés des droits de trafic sur le réseau ferré, construit en grande partie avec l’argent du contribuable.

Or seuls deux opérateurs en profitent : Trenitalia (Paris-Lyon-Turin-Milan) et Transdev (TER Nice-Marseille). C’est tout.

Quant à EDF, il ne se porte pas mieux : perspective d’une dette de 60 milliards à la fin de l’année, liste des réacteurs nucléaires en rideau qui s’allonge, etc.

Heureusement, l’EPR de Flamanville va être mis en service à la mi-2023. Avec onze ans de retard.

À part ça, tout va bien.


Article non signé. Le Canard Enchainé. 22/06/2022


2 réflexions sur “SNCF : un heureux flop !

  1. bernarddominik 29/06/2022 / 20:24

    La privatisation du rail et de l’énergie (électricité gaz) est une aberration tant sur le plan financier que du service rendu. Le transport dans un pays où il y a de forte disparités de densité de population ne sera jamais rentable dans les lieux peu habités, il faut donc voir le transport comme un service public et non pas un marché. Pour l’électricité c’est la nécessité et l’aberration de la séparation de la distribution et de la production qui rend aberrant le modèle monté par l’UE ou le producteur vend à perte à ses concurrents et doit donc compenser la perte en augmentant ses tarifs

  2. jjbadeigtsorangefr 29/06/2022 / 21:29

    Les crédits insignifiants pour renouveler les voies accordés par Monsieur Lemaire montrent que les promesses en matière de transfert de trafic sur le rail ne sont que du pipeau. La concurrence est le loi du système mais ça ne marche pas en matière de chemin de fer. Même les anglais ont dû renoncer et les allemands en sont, comme la France a créer des sociétés fictives à capitaux à 100% en provenance de l’opérateur national pour obéir aux directives européennes de la communauté au service du fric.