Château du Bosc

Henri de TOULOUSE-LAUTREC est né à Albi le 24 novembre 1864 à l’Hôtel du Bosc, demeure familiale, toujours propriété des descendants du docteur Gabriel TAPIE de CÉLEYRAN, cousin et très grand ami du peintre.

C’est dans le salon de cette maison que le 30 mai 1878, il glissa d’une chaise basse et se fractura le fémur gauche. L’année suivante, en juillet 1879, se trouvant à Barèges avec sa mère, autre fracture du fémur droit, cette fois, dans une ravine de pierres sèches.

Ces deux chutes rendent le jeune LAUTREC infirme à 15 ans et l’orientent totalement vers une carrière artistique, son talent précoce n’ayant pu que se développer dans un entourage familial où son père et ses oncles, au retour de chasses, dessinaient avec autant d’ardeur qu’ils galopaient derrière le gibier.

Encouragé et soutenu dans cette nouvelle voie, LAUTREC suivit une filière classique, travaillant dur dans les ateliers de Cormon, puis de Bonnat. Ici, nous ne parlerons pas de la vie parisienne du peintre, mais nous le retrouverons au Bosc.

Le souvenir de LAUTREC reste vivant dans ces vieux murs où il passa une enfance heureuse et choyée. Ils le virent revenir tous les étés retrouver une nombreuse famille et jouir des joies simples de la campagne, sauf la dernière année de sa courte existence, en 1901, car il était déjà trop malade.

C’est le 9 septembre 1901 à Malromé, en Gironde, qu’il rendit son âme à Dieu et il fit le plus bel éloge à sa mère en murmurant : « Maman, vous, rien que vous ».

Il repose dans le cimetière de Verdelais, où, bien des années plus tard, sa mère et sa nourrice, la vieille Adeline, qu’il surnommait affectueusement « ma petite souris », sont venues le rejoindre.


Collection personnelle, Photos MC, Reproduction strictement interdite,


Laisser un commentaire