La FNSEA se met au vert

Quoi ? Voilà que la FNSEA rejoint les écolos, les anti-progrès, ceux qui voient de la pollution partout !

Eux les défenseurs des méthaniseurs, de l’agriculture intensive, des méga-bassines ou encore des OGM seraient-ils en train de s’ultra-gauchiser ? On dirait bien… Ce 23 mai, à Clermont-Ferrand, la justice a ordonné qu’on débranche pendant deux mois une antenne-relais accusée de décimer un troupeau de vaches laitières à Mazeyrat d’Allier, en Haute-Loire. Une décision réclamée à cor et à cri par la FNSEA… « Une mesure inédite en France », assure « Le Monde » (8/6).

Au commencement, l’éleveur de vaches laitières Frédéric Salgues mène bataille contre ce pylône censé faire profiter les 1 500 habitants de la com­mune des joies de la 3G et de la 4G. Orange l’a installé fin juin 2021, à 250 mètres de son élevage, « un des meilleurs du département », dira un expert judiciaire.

C’est le début des ennuis : «Les vaches étaient en parfaite forme, et, quand l’antenne s’est mise à fonctionner, on a constaté que certaines se retrouvaient avec des mâchoires bloquées, d’autres avaient les yeux qui coulaient et n’y voyaient presque plus rien. Beaucoup ne mangent plus, ne boivent plus. Elles sont tristes, maigres, elles font pitié. En onze mois, j’en ai perdu 42 sur 200. Ma production de lait a été divisée par deux. »

Heureusement… « S’il n’y avait pas eu la FNSEA, on n’y serait jamais arrivés ! » Il est lui-même ancien président du syndicat des Jeunes Agriculteurs (la pouponnière de la FNSEA) du canton de Lan­geac, et ancien responsable local de la FDSEA de ce même canton.

« Une fédération, majoritaire dans les chambres d’agriculture, qui ne s’était jamais engagée sur ces combats », note Hubert Goupil, président de l’Association nationale des animaux sous tension. Même constat du côté de la Confédération paysanne. Denis Perreau, secrétaire national : « Jusqu’à maintenant, on se sentait bien seuls pour lutter contre les antennes-relais. Quand on entendait parler de la FNSEA, c’était plutôt pour vanter des partenariats avec les opérateurs de téléphonie mobile. » Entre 2014 et 2016, Orange et la FNSEA ont ainsi passé un accord au niveau national pour lancer l’« agriculture connectée », censée « développer la compétitivité des exploitations agricoles ». Fini, tout ça ?

L’antenne-relais tombe dans le lait

Le service com’ de la FNSEA : « Nous n’envisageons pas, à ce stade, de dénoncer les partenariats 44 justement visent à prendre en compte les intérêts agricoles dans les projets portés par des opérateurs. » Certes. Et, en même temps, comme dit l’autre, tout en restant « aux côtés des agriculteurs subissant des troubles dans leurs exploitations, du fait, ou non, de la présence d’infrastructures de réseau à proximité ». Le surgissement de la FNSEA dans la bataille anti-antennes relais a été efficace. Maires, membres de la chambre d’agriculture, préfet, député, tout le monde s’est mobilisé pour aider l’éleveur et ses vaches laitières lâchement attaquées par la modernité.

Evidemment, Orange, rejoint par Free, Bouygues Télécom et SFR, qui profitaient de l’installation, mais aussi le ministère de l’Economie ont saisi le Conseil d’Etat pour contester le jugement. N’empêche. « Vu ce succès, on espère maintenant que la FNSEA va nous rejoindre sur les combats contre les lignes à haute tension, ou contre les éoliennes », sourit le secrétaire national de la Conf.

C’est la lutte finale…


Professeur Canardeau. Le Canard Enchainé. 15/06/2022


Une réflexion sur “La FNSEA se met au vert

  1. bernarddominik 22/06/2022 / 17:52

    Il serait temps !
    Reste la lutte contre les pesticides et les OGM, la FNSEA sera-t-elle impliquée ?

Laisser un commentaire