Faure contre l’ancien monde socialiste

Pour lui, son alliance controversée avec Mélenchon se traduit par un succès sur toute la ligne.

Non seulement il devrait retrouver à peu près le même nombre de députés que dans l’Assemblée sortante (une petite trentaine), mais la plupart des 70 dissidents ont été laminés au premier tour.

Surtout ceux qui avaient reçu le soutien des cadors du parti hostiles à l’accord. Et cela n’était pas la moindre source de satisfaction pour le premier secrétaire.

« Hollande, Cazeneuve, Le Foll, Delga, Jospin, énumérait-il. Tous les candidats que ceux-là ont soutenus, parfois en se déplaçant, ont été devancés par la Nupes. Que ce soit dans le Lot, où Cazeneuve est venu, en Corrèze, où Hollande a fait campagne, dans la Sarthe, où Le Foll soutenait ses candidats, en Occitanie, où Delga est presque partout mise en échec (lire plus loin), ou à Paris, où Jospin était allé soutenir Lamia El Aaraje » (la députée PS sortante qui a été largement devancée par l’Insoumise Danielle Simonnet).

Terrasser un ancien président, deux anciens Premiers ministres et une présidente de région : il est trop fort, ce Faure !

Terrasser un ancien président, deux anciens Premiers ministres et une présidente de région : il est trop fort, ce Faure !

Les socialistes anti-Nupes ont présenté près de 70 candidats dissidents. Une stratégie qui s’est avérée perdante et qui a fait le bonheur d’Olivier Faure, comme il est dit plus haut. En effet, très peu d’entre eux sont en mesure de l’emporter au soir du 19 juin. En revanche, ces candidats ont empêché des concurrents portant l’étiquette de la Nupes d’accéder au second tour.

Une situation que l’on retrouve dans une petite dizaine de circonscriptions.

Exemple en Charente, où le député PS sortant, Jérôme Lambert, n’a pas reçu l’investiture de la Nupes dans la 3ᵉ circonscription. Ce neveu de François Mitterrand a obtenu près de 18 %, tandis que son rival officiel était crédité de 19,5 %. Résultats : les deux qualifiés sont le RN (23 %) et Renaissance (20,5 %).

Configuration quasi similaire dans la 5ᵉ circonscription du Pas-de-Calais : le candidat de la gauche officielle et le dissident acquièrent chacun un peu plus de 18 % des suffrages.

Insuffisant pour se maintenir au second tour : ils sont, en effet, devancés par leurs adversaires du RN (26,9 %) et de Renaissance (24,9 %).

C’est le nouveau jeu électoral : « qui perd perd » ?

En ballottage très favorable (46,9 % des voix) dans sa circonscription de la Seine-et-Marne, Olivier Faure arborait un large sourire, dimanche soir, devant sa garde rapprochée.


Article non signé lu dans « Le Canard Enchainé ». 15/06/2022


3 réflexions sur “Faure contre l’ancien monde socialiste

  1. Jean Claude Divet 18/06/2022 / 20:47

    C’était à prévoir pour les socialistes.
    Si la NUPES n’a pas la majorité pour quelques siège, ce sera leur faute.

    • Libres jugements 19/06/2022 / 11:31

      Soyons un peu, beaucoup, réaliste…
      Quoi qu’il se passe Nupes – majoritaire ou pas -, l’assemblage sera attaqué autant par la sphère macronique que par les Républicains (les peu restants), que les extrêmes droitiers élus.
      Et puis, établi sur des accords en vue de combinaisons électorales gagnantes, cette union résistera-t-elle aux appareillages de partis ou divergentes analyses d’une proposition de loi. Sans oublié l’attitude qu’auront les députés face à l’emploi du 49-3 surtout le cas où la Nupes aurait une prégnance sur la votation… Esperons que le bon sens l’emportera dans ce cas.
      Bonne journée Jean-Claude
      Amitiés
      Michel

Laisser un commentaire