Péril !

Les Français croient-ils encore à la légitimité des députés pour diriger le pays ?

Ils ont le sentiment que tout est joué d’avance : l’économie se décide ailleurs, les idées nouvelles sont pensées hors de France, quant au destin de la planète, il est scellé, et rien, ni à Paris ni ailleurs, ne pourra le modifier.

Cette sensation désagréable est celle que l’on ressent quand on veut lutter contre la mort, quand on veut croire que l’on a encore la force de faire triompher la vie sur la faucheuse, qui vous tire les pieds vers l’abîme. On a beau lutter, on sent diminuer son énergie, notre respiration devient difficile, nos muscles ne peuvent plus rien soulever, on n’arrive plus à articuler un mot, et à la fin, on lâche tout et l’on se laisse aspirer par le néant.

Les puissances déchaînées de l’économie libérale, la spéculation, la destruction des écosystèmes, l’individualisme forcené que l’on impose à nos vies personnelles et professionnelles ressemblent à cette mort qui arrive, trop puissante pour que l’on ait l’énergie de s’y opposer.

On ne sait plus comment faire pour contrer la numérisation du monde, arrêter la course effrénée vers le profit, stopper la destruction des services publics et sentir disparaître un peu chaque jour le sentiment d’appartenir à une maison commune. Les acteurs politiques qui ont dirigé la France tout comme ceux des autres pays du monde depuis des décennies ont ouvert une boîte de Pandore qu’ils n’arrivent plus à refermer.

Pour s’y opposer, les propositions de la gauche française qui s’est unie dans ce but arrivent[-elles] trente ans trop tard et son discours ressemble à un copier-coller de ce que l’on entendait dans les forums altermondialistes il y a déjà plus de vingt ans.

La gauche vintage contre le macronisme giscardien.

Dimanche soir (12/06/2022), devant son écran, on avait l’impression de voir un vieux journal télévisé de 1978. L’Union de la gauche de Marchais et Mitterrand contre la droite au pouvoir de Giscard et Raymond Barre.

Les résultats des élections législatives de 1978 et de 2022 se ressemblent un peu. À l’époque, le taux de participation avait été de 84,79 %.

Un lot de consolation que l’on n’a même plus aujourd’hui.


Pour partie, Éditorial de Riss. Charlie Hebdo. 15/06/2022


Une réflexion sur “Péril !

  1. bernarddominik 16/06/2022 / 14:03

    Giscard annonçait le chaos si Mitterrand gagnait, Macron fait de même.
    En réalité, les richissimes ont peur.
    Il y a cependant une différence de taille: la France n’est plus souveraine.

Laisser un commentaire