Banalisation de la mauvaise foi

De l’indignité des macronistes…

Les macronistes à l’image de leur cher « Emmanuel » aiment bien donner des leçons de morale aux autres. C’est même ça qui les distingue

Mais souvent, ces leçons leur reviennent en boomerang, laissant transparaître un tel niveau de mauvaise foi que l’on peut, sans abus de langage, parler de grand art. […]

Le président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, mis en difficulté par la gauche unie dans sa circonscription du Finistère, a sans nul doute réalisé l’une des plus belles prouesses de la soirée en expliquant que le scrutin de dimanche prochain plaçait les électeurs et électrices « face à un choix de valeurs ».

 […]

Dans son sillage, plusieurs membres du gouvernement et de la majorité sortante se sont emparés du « ni-ni » de la droite dévoyée la plus traditionnelle, en renvoyant dos à dos l’extrême droite et ce qu’ils s’entêtent à qualifier d’« extrême gauche » au mépris de l’histoire et de la réalité politiques.

La ministre de la transition écologique et de la cohésion des territoires, Amélie de Montchalin, elle aussi menacée par son adversaire de la Nupes dans l’Essonne, nous a ainsi offert un festival, lundi matin, en indiquant que nous étions « en train d’ouvrir un boulevard au désordre et au chaos ».

Atteignant le point « chars de l’Armée rouge » en un temps record, elle a mis en garde sur CNews « contre ces candidats qui promettent la soumission à la Russie, à des idées antisémites et l’affaiblissement de la France ». « J’appelle les républicains de gauche et de droite à faire barrage dimanche à l’extrême gauche, et à ceux qui s’y sont soumis pour des circonscriptions. Son vrai projet, c’est le désordre et l’anarchie, la remise en cause permanente de nos institutions et des médias  […] .

De la nuance à l’outrance

L’heure n’est plus à la nuance, […] , Roxana Maracineanu. En position défavorable dans le Val-de-Marne, où elle a été devancée par la candidate de la Nupes Rachel Keke, l’ex-ministre des Sports n’a rien trouvé de mieux que d’appeler au « front républicain » pour « faire barrage » à cette ancienne femme de ménage qui avait remporté une victoire sociale après presque deux ans de grève contre un groupe hôtelier. 

 […] Dans la 11ᵉ circonscription du Pas-de-Calais, la candidate Ensemble […] Éliminée au premier tour, Alexandra Pintus a invité son électorat à voter blanc pour éviter de choisir entre Marine Le Pen et Marine Tondelier d’Europe Écologie-Les Verts (EELV).

 […] Depuis dimanche 12 juin 20 h (1er tour), le gros des troupes macronistes laisse surtout à voir le bois dont il est fait : du contreplaqué. En sombrant dans le confusionnisme et en revenant sur ce qu’ils disaient en avril, les responsables LR-EM vident de leur sens tous les principes derrière lesquels ils se drapent à longueur de journée […]

Comme l’a souligné le politiste Samuel Hayat, chargé de recherche au CNRS, « les défenseurs du capitalisme sous-estiment les effets dépolitisants de leurs outrances sur les gens (qualifier la Nupes d’anarchiste, c’est détruire le sens des mots et la possibilité même d’un débat politique), ainsi que le risque que pose l’extrême droite »

En mettant « les extrêmes » dans un seul et même sac et en refusant de se prêter au « front républicain » qui lui a tant servi il y a deux mois, la majorité sortante continue de participer à la banalisation du parti de Marine Le Pen, de ses idées et de ses figures.  […]

[Emmanuel Macron, dans une stratégie politicienne de bas étage, oublie aujourd’hui que c’est en grande partie grâce à l’appel de Mélenchon, au choix républicain de l’électorat de gauche appelant à ne pas voter. Le Pen ou Zemmour… qu’il doit sa réélection. Ses « entregents » l’ont bien vite oublié dans leur diatribe. – MC]


Ellen Salvi. Médiapart. Source (Extraits)


2 réflexions sur “Banalisation de la mauvaise foi

  1. bernarddominik 16/06/2022 / 13:50

    Macron s’érige en seul défenseur de la République, « le chaos ou moi » c’est le propre des dictatures.
    Mais Macron ne respecte pas le principe fondamental de la République: l’égalité devant la loi.
    Il distribue privilèges et prébendes à son bon vouloir.

  2. jjbadeigtsorangefr 16/06/2022 / 14:58

    « La perversité de la Nation passe par la fraude des mots ». Platon doit apprécier cette application faite par la droite, j’y mets LREM qui galvaude le mot Ensemble déjà utilisé par une formation de gauche qui se nomme ainsi et par la CGT (tous ensemble; tous ensemble, tous.)lors de manifestations contre les effets du système que Macron et sa bande veulent faire perdurer. On atteint des sommets et en Ardèche le député sortant LR s’attribue bien des mérites alors que ses petits copains privatisent à tour de bras et taillent à la hache dans les budgets sociaux et culturels. J’espère que les électeur lui permettront de prendre sa retraite avant 65 ans dimanche prochain.

Laisser un commentaire