Se ficher des citoyens…

Filer de la thune aux pauvres pour qu’ils mangent bio et sain est trop compliqué – dixit le gouvernement.

Alors que le gouvernement nous bassinait avec son « chèque alimentaire », l’exécutif vient de l’abandonner pour un bon vieux chèque tout court, qu’entre 3 et 5 millions de personnes pourraient recevoir en septembre pour un montant compris entre 50 et 100 euros.

Eureka, vouai… euh !

Thèses écologiques passant par là et promesses électoralistes en bandoulière, un régime bio et végétarien serait meilleur pour la santé et bon pour notre moral. Il créerait en plus des emplois locaux et ferait faire de formidables économies à la Sécu.

Mais, comment l’organiser dans notre monde de la tentation permanente ?

Si l’on s’en tient au bio, ces produits sont en moyenne 50 % plus chers, ce sont des produits que les personnes aux pouvoirs d’achats restreints n’achètent jamais ou presque.

Un autre monde

Pourtant, il y aurait une logique économique, écologique, sanitaire et sociale profonde à nous forcer à acheter uniquement des trucs bons pour notre santé, produits près de chez nous, dans le plus grand respect du bien-être des animaux et de la santé des agriculteurs.

Mais, pour cela, il faudrait un État, qui contrôle la production, surveille les frontières, visite les abattoirs, etc. Bref, il faudrait le type d’État qui existait durant la Seconde guerre mondiale, celui qui par obligation – plus que volonté – organiserait le rationnement.

État qui devrait progressivement s’organiser, à mesure que les pénuries vont se multiplier, comme aujourd’hui avec la flotte. Que le gouvernement refusera jusqu’au dernier jour, par idéologie.

Bruno Le Maire le sait puisqu’il est désormais ministre de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique. Or la « souveraineté » implique de ne dépendre de personne. Ce ne sera pas le cas de sitôt dans ses domaines de compétences. Nous sommes dépendants d’Apple, Nike, Microsoft et autres Amazon, et que notre pays fortement désindustrialisé n’est pas près de redevenir « souverain » dans ce domaine, si tant est qu’il l’ait jamais été.

En attendant, le bio se casse la gueule.

Comme l’explique Reporterre, la demande baisse partout : à la ferme, sur les marchés, et dans les grandes surfaces.

La première explication est le prix, bien sûr, mais également selon une productrice, après les efforts dus à la Covid, d’une forme de « lâcher-prise », un besoin de se relâcher, de faire moins d’efforts.

Bref, la recherche de confort, l’achat en un point unique, éloigne une forte proportion d’entre nous des bons choix et nous pousse à faire les mauvais… que le capitalisme des grandes enseignes savent satisfaire mieux que personne.


Rédigé d’après un article signé de Jacques Littauer. Charlie Hebdo Web – Source (extraits)


2 réflexions sur “Se ficher des citoyens…

  1. forget 10/06/2022 / 15:41

    « obliger les citoyens à manger sain. »..
    D’accord, supprimons en même temps les sources de pollution atmosphérique, le trop grand stress, les atteintes physiques et les nuits écourtées du travail…
    Les citoyens suffisamment argentés, comme d’habitude, sont libres de se ruiner la santé et celle des autres, mais les pauvres doivent eux en plus porter la morale et la vertu en bandoulière…
    Ce genre de discours devient franchement insupportable.
    Merci de vos rencensions

    • Libres jugements 11/06/2022 / 10:59

      Bonjour et merci pour ce commentaire.
      Bon WE
      Cordialement
      Michel

Laisser un commentaire