«Machu Picchu» 9.

Les rites

Pour les sociétés, tout comme pour les individus, les rites ont la fonction d’organiser la transition et de les accompagner dans des périodes de fragilité et d’incertitude.


Les sociétés précolombiennes avait une vie cérémoniale intense et structurée.

Les rituels leur permettaient d’entrer en contact avec les autres mondes : celui d’en bas, démarre, celui d’en haut, des dieux. Ces rituels avaient également pour objectif d’encourager les cycles de reproduction. Les permettaient que le monde intérieur de la terre mère, Pachamama, continue d’être fertile au fil des saisons et que les êtres humains et les animaux « ici et maintenant » se reproduisent grâce à cette terre nourricière, riche et abondante.

Pour les sociétés de l’ancien Pérou, les plus importantes cérémonies étaient associées à la fertilité, au sacrifice et au culte des morts.

Le début ou la fin de saison ou l’apparition de certaines étoiles dans le ciel étaient célébrés avec des rituels marqués dans le calendrier agricole. À travers ces rituels, les communautés remerciaient leurs Dieux et demandaient le maintien de l’ordre du monde.

À certaines occasions, le sang d’animaux sacrifiés était offert en réciprocité et lors des cérémonies de la plus haute importance, le sang humain était l’offrande majeure faite aux Dieux.


Reproduction strictement interdite, Photos MC, Collection personnelle,


Laisser un commentaire