Quel aveu !

« Elle a rendu possible des réformes impossibles »


Celui qui décrit le mieux la nouvelle Première Ministre est sans aucun doute son ami, ancien ministre de l’Intérieur et actuel président du groupe macroniste à l’Assemblée nationale, M. Castaner : « c’est la ministre qui a rendu possible les réformes impossibles » a-t-il déclaré.


Lui qui fait partie de l’étroit premier cercle présidentiel, nous confirme donc qu’elle a été nommée pour « des réformes impossibles » ! Des contre-réformes régressives en vérité. On est ainsi certain que si elle est reconduite, après les élections législatives à la faveur d’une majorité macroniste, elle se chargera de mettre en œuvre la retraite à 65 ans et du travail gratuit obligatoire pour les allocataires du RSA.


Voilà qui permettrait de réduire encore l’emploi public, de fournir à quelques secteurs de la main-d’œuvre bon marché et surtout de continuer à peser sur tous les salaires. Le pouvoir fera donc tout pour ne pas les augmenter alors que les profits astronomiques de multiples secteurs industriels et financiers le permettraient largement.


Dans le viseur de la macronie, il y a aussi la Sécurité sociale qui représente une manne de plus de 320 milliards que veulent accaparer les grandes compagnies d’assurances et les fonds financiers de pension.


Bref, en nommant la Première Ministre, le Président a cherché le moyen d’amplifier une politique réactionnaire. La preuve que ces gens sont interchangeables : Mme Vautrin, ancienne ministre sarkozyste, manifestante assidue contre la loi pour le « mariage pour tous » a failli être nommée.


Le choix de Mme Borne voudrait faire croire qu’elle est de « gauche » pour tenter de contrer la coalition de gauche et des écologistes.


P. Le Hyaric. La lettre du 21/05/2022 (Extrait). Source (Lecture libre)


Une réflexion sur “Quel aveu !

  1. jjbadeigtsorangefr 21/05/2022 / 23:30

    Pour mener et amplifier une politique favorable aux riches Madame Borne était certainement la mieux placée. En lui adossant une étiquette de gauche on trompe une fois de plus le pigeon qui risque de perdre ce qu’il lui reste de plumes si une majorité de gauche (la vraie) ne se dégage pas à l’assemblée.

Laisser un commentaire