Où mène la connerie…

Di Vizio, avocat malsain, antipasse…

Incroyable, cette histoire racontée sur Twitter par Me Fabrice Di Vizio, l’avocat star des antipasse ! Presque une nouvelle affaire à la Vincent Lambert…

Résumé ? Un homme de 33 ans tombe dans le coma deux semaines après avoir été vacciné contre le Covid ; l’hôpital veut le débrancher. Incroyable, certes, mais faux. Tandis que les conséquences, elles, sont bien réelles.

Le jeune homme en question, c’était Jules. Le 25 février dernier, il est victime d’un AVC du tronc cérébral, imputé aux cachetons qu’il avale depuis quinze ans pour traiter sa schizophrénie.

Opéré à Marseille, il est transféré à Avignon. Depuis son réveil du coma, il souffre d’une infection respiratoire incurable et dépend d’un respirateur. « Chacune de ses quintes de toux est équivalente à un coup de scalpel dans les bronches », raconte son père.

Effet secondaire ?

Le 19 avril 2022, le papa et l’équipe médicale s’accordent sur un protocole de sédation pour abréger ses souffrances. Sauf que, le soir même, des proches de la mère (opposés à la mort assistée) contactent le cabinet de Di Vizio.

Ils demandent l’arrêt de la sédation et expliquent à l’avocat que, si Jules est dans cet état, c’est à cause du vaccin anti-Covid qui lui a été injecté deux semaines plus tôt !

Le lendemain, en fin d’après-midi, la mère rappelle pour désavouer ces proches encombrants.

Trop tard : l’avocat a déjà envoyé à l’hôpital un mail demandant le maintien en vie de Jules, quels que soient ses maux.

Surtout, le matin même, il a posté une vidéo sur Twitter dans laquelle il dénonce l’« hégémonie de l’hôpital ». Et de détailler la version, non vérifiée, rapportée par les proches de la mère : « Un jeune homme, victime d’un effet secondaire très grave du vaccin — c’est pas moi qui le dis, c’est l’équipe médicale —, est tombé dans le coma. Il est sorti du coma et aujourd’hui, double effet Kiss Cool, on veut le débrancher parce que la progression n’est pas assez rapide… L’équipe hospitalière veut le débrancher contre l’avis des parents. »

Il déroule : « On vaccine des gens qui n’y ont aucun intérêt, ils font un effet secondaire du vaccin grave et on ne leur laisse même pas la chance de pouvoir survivre ! »

Impressionnant, à un détail près : la dernière dose reçue par Jules date du 15 septembre 2021, soit sept mois plus tôt…

Vidéo soignante

Son diagnostic, Fabrice Di Vizio le tient de son « médecin consultant », qui, détaille-t-il, a expertisé la situation via une vidéo que l’avocat lui a envoyée sur son lieu de vacances, en Israël. Trop fort !

Surprise par la publication sur les réseaux sociaux, l’équipe hospitalière a pourtant pris peur et suspendu le protocole de sédation.

La direction explique au « Canard » avoir simplement attendu le retour du comité d’éthique. Fabrice Di Vizio, lui, se plaint d’avoir été « harcelé » par l’hôpital. Lequel, à l’en croire, voulait récupérer une attestation prouvant qu’il ne déposerait pas un recours en justice.

Finalement, le 3 mai 2022, les experts approuvent la sédation. Jules part deux jours plus tard.

Le père est accablé : « Di Vizio a prolongé le calvaire de mon fils de quinze jours. » Contacté par le Volatile, l’avocat réplique : « J’ai 50 cas par jour de mecs qui attribuent des effets secondaires au vaccin, mais je ne m’en mêle pas parce que j’essaie de faire en sorte d’avoir une position mesurée. »

Il s’interroge tout de même : « Est-ce qu’on n’a pas exposé ce garçon à un risque, tout ça à cause du passe vaccinal ?» Sur quoi il défie le journal de prouver que Jules n’a pas été victime du vaccin : « L’AVC est un effet secondaire documenté ! »

 Quant à sa campagne sur Twitter, il se défausse bravement : « Je ne citais personne dans la vidéo, nul doute que, des cas comme ça, il y en a d’autres ! »

Des avocats aussi avisés que lui, en revanche, il n’y en a qu’un !


Fanny Ruz-Guindos. Le Canard Enchainé. 11/05/2022


2 réflexions sur “Où mène la connerie…

  1. Paul-Emic 16/05/2022 / 18:13

    La seule méthode valable, à part l’autopsie fortement déconseillée, voire plus par l’OMS, et les analyses de tissus, pour évaluer les effets néfastes du vaccin c’est de comparer les pathologies d’une année sur l’autre ou plus exactement avec une moyenne, décennale par exemple.
    Si certaines causes de mortalités augmentent de manière significative et que cela correspond à une période de vaccination, on est en droit au moins de demander une investigation dans cette direction, ce qui n’est, à ma connaissance, jamais fait par les autorités.
    Il à part exemple été rapporté que les problèmes cardiaques avaient augmenté d’un facteur 2 ou 3 chez les sportifs de haut niveau ces derniers mois. Même si cela reste négligeable rapporté à la population totale, rapporté à la population de sportifs de haut niveau ce n’est pas négligeable et signale un problème réel.

  2. jjbadeigtsorangefr 16/05/2022 / 22:47

    Je pense que la diffusion de fausses nouvelles, ajoutée au mensonge permanent de ce type d’individu tombe sous le coup de la Loi. Pourquoi les procureurs ne s’auto saisissent pas?

Laisser un commentaire