Au croisement…

… Un désintérêt, un écœurement !

Il fut une longue période de ma vie où je partageais les analyses–réflexions d’un parti politique et très investi, je faisais partie de l’encadrement au niveau départemental.
J’ai été amené lors de plusieurs élections, locales, Départementales, Régionales, Européennes, a participé aux négociations pour l’investiture de celle /celui qui devait être (déjà à l’époque) un candidat unique de la gauche représentant le DvG, PCF, PS, LO, NPA et les PdG « mélenchonistes ».

Dans ce même cadre, j’ai été amené à suivre quelques meetings de Jean-Luc Mélenchon.
Lorsque l’on est dans une position intermédiaire à la fois pleinement dedans, avec des arguments/positions de programmes à défendre en se positionnant comme un adhérent de « parti », et hors, en citoyen lambda votant; vous êtes écartelé, outré, parfois déphasé devant la posture autant de Jean-Luc Mélenchon extériorisant le JE, méprisant celles ou ceux ayant accepté de rejoindre son mouvement.
Quant à l’équipe (je ne puis parler que de celle que je connais/connaissais au niveau départemental) qui l’entoure, je n’ai rencontré que des arrivistes, des va-t-en-guerre, des révolutionnaires de ruisseau, souvent des ex du DvG, PCF, PS, quelques anars – soient exclus par ces partis politiques, soient déçu-e-s par non reconnaissance affirmaient-ils/elles de leurs engagements ou capacités, voire croyant sincèrement à la possibilité que le programme apporterait un renouveau dans la société -.

Pour ma part et bien évidemment cela n’engage que moi, je ne crois absolument pas à cette gauche actuelle de 2022 constituée pour les législatives autour « DU » Jean-Luc.

Je comprends largement celles et ceux adhérent-e-s actuel-l-e-s ou anciens de partis politiques qui au premier tour sont restés fidèles et votés selon leurs convictions, leurs engagements, pour le programme présenté par leur candidat… lesquel-l-e-s candidat-e-s aujourd’hui appellent à ce réunir autour de cet hologramme.


Comment ces femmes, ces hommes votant selon leurs convictions au premier tour peuvent accepter de voir raboter les programmes des uns comme des autres au profit de celui qui prétend incarner à lui seul « la gauche » sur une conception sociale au demeurant proche  de la Macronie actuelle.
Jean-Luc Mélenchon n’est autre que celui qu’il a toujours été, un opportuniste, un social-démocrate.

Je l’avoue sincèrement, je suis extrêmement désabusé devant la tournure de la société actuelle se laissant mener à l’abattoir, comme des moutons.

Celles ou ceux qui liront ce texte comprendront aisément qu’au moins pour un temps, court-long, je ne sais aujourd’hui, je prends du recul au moins sur le plan politique avec ce blog. Même s’il est vrai qu’«  il n’y a que les combats menés que l’on gagne ». J’en ai assez de me battre tel Don Quichotte.

Merci à tous, les lectrices, lecteurs.

Cordialement.
Michel


11 réflexions sur “Au croisement…

  1. marie 06/05/2022 / 13:57

    Bonjour Michel, je te comprends bien, pour moi c’est pour l’instant l’écœurement qui me gagne à gauche à droite même combat, on se bat pour avoir un poste ! navrant!
    Bon après-midi
    Amicalement
    MTH

    • Libres jugements 06/05/2022 / 18:37

      Merci Marie,
      Le constat est amer.
      je ne peux comprendre la position de certains leaders politiques ayant fait des annonces lors du premier tour laissant à penser qu’il pouvait y avoir d’autres façons nettement plus sociales de gérer la nation.
      Les voir aujourd’hui mettre toutes ces belles paroles dans le caniveau, est loin de me satisfaire.
      Amitiés
      Michel

  2. Maryse 06/05/2022 / 16:23

    Il y a de nombreuses raisons pour être désabusé. Je vous comprends. Heureusement, il reste l’art et les enfants non responsables de ce monde.

    • Libres jugements 06/05/2022 / 18:19

      Bonjour Maryse et merci pour ce commentaire.
      Oui, heureusement il reste l’art dans toute son expression et nous allons de ce pas, s’offrir 4-5 jours à Paris, voir quelques expositions : La collection du Machu Picchu, les impressionnistes à la gare d’Orzay, Le musée Rodin et peut-etre, grâce à l’un de nos enfants travaillant aux décors de l’opéra, une soirée lyrique à Bastille.
      Au moins ce sera notre choix…
      Cordialement
      Michel

  3. laurent domergue 06/05/2022 / 17:09

    La Tramontane souffle fort chez moi et elle balaie tout sur son passage même les idées noires , viens y faire un tour …!!!

    • Libres jugements 06/05/2022 / 18:29

      Merci Laurent pour ce message… et non bien qu’ayant en ce moment des poussées de mistral, elles ne dissiperont pas l’écœurement devant ce pillage social, la destruction de ce à quoi j’ai été élevé, biberonné… et le peuple s’en fout. Rien ne compte, que l’individualisme, le chacun pour sa gueule…
      Un constat amer.
      Amitiés

  4. jjbadeigtsorangefr 06/05/2022 / 23:50

    Le premier tour j’ai choisi un programme admirablement soutenu et présenté par Fabien Roussel. Dommage que peu de gens l »ai lu car il repose sur du solide. Au deuxième tour j’ai barré la route à la facho sphère en précisant bien que ce vote n’était pas un soutien à Macron. Que me reste-t-il au troisième tour? Je sais c’est pas facile mais j’ai bien l’intention de ma faire plaisir en votant pour le candidats de cette gauche qui veut installer au parlement des député qui ne seront ni les godillots de Macron ni les séides de Lepen. Quand à la droite LR on sait bien qu’ils sont élus pour soutenir le forces de fric comme Macron. Alors on arrête de pleurer et on déstabilise cette république …………….por construire autre chose.

    • Libres jugements 07/05/2022 / 14:13

      À mon ami Jean-Jacques.

      Ta fidélité aux directives, à tes positions sociales et socialisantes, à tes divers engagements, t’honorent et il ne me vient nullement à l’idée ni de les contester ni de les trouver hors propos dans les perspectives des élections législatives.

      Il en reste que chacune, chacun est en droit d’avoir ses idées, ses propositions, ses étonnements, ses écœurements — et, il vaut mieux en avoir que de suivre une masse populaire létale – (sur ce point, tu seras, je le pense, d’accord).

      Ce n’est pas à 81 ans que je vais remettre en question l’ensemble de mon éducation, ni mon parcours de vie, oublier ce que disaient à la maison lors de leurs passages Georges Marchais ou Marie-Claude Vaillant-Couturier (entre autres et les nombreux artistes « intellectuels de parti » de l’époque), pour qui le combat était toujours en cours, pour imposer une vision sociale et humaine de la société.

      Certes autres temps, autres mœurs, l’union qui prévalait issue de la résistance de 1945 n’est plus et ne sera plus, perdu qu’elle est dans l’individualisme, aidée en cela par la destruction des syndicats, la casse des lois sociales, l’évolution des mœurs, les gouvernements droitiers successifs (y compris celui du « programme commun » socialo-démocrate Mitterrandien, qui quelques mois après son investiture en 81… changeât d’orientation, de posture et produisit le départ des ministres communistes.

      Sans être médium–visionnaire, n’est ce pas ce qui va advenir avec cette armada composite socialo-démocrate d’LFI Mélenchoniste ?

      Parce qu’à n’en pas douter, au deuxième tour des législatives, il n’y aura de multiples élus estampillés… qui quoi qu’il se passe, resteront chacun plus ou moins sous les directives de parti bien qu’évoluant sous l’étiquette mélenchoniste. L’unité durera combien de temps ? À quel moment les appareils de partis ressortiront notamment en découvrant l’éternel « JE » de Mélenchon ?

      Assurément, cette entente aura dans un premier temps, une posture contestatrice afin de donner le change aux électrices-électeurs. Cependant, très vite, se présentera des fissures, des défections normales au regard des programmes proposés lors du premier tour par les appareils de parti. Normales par rapport aux élus, mais également en fonction des votants électrices électeurs de ce 1er tour présidentiel.

      Les dissidences dans cette union sont présentes contre la désignation sans tenir compte des « ancrages » locaux, sans réels débats avec l’ensemble des adhérents de parti, laissant imposer des candidats issus des rangs – parfois parachutés — de LFI. J’en veux pour preuve celui de la troisième circonscription de l’Ardèche.

      Je connais parfaitement les différents accrochages, vos batailles (tes batailles notamment en compagnie de Claude, récemment disparu, « qui avait marié notre fils et procédé quelques années après au baptême civil d’une de nos petites filles » — et de nombreux autres) sur les idées, les pratiques politiques que tu as pu – que vous avez rencontré dans ton village et ceux d’alentours avec les « sans foi ni loi » de certains aficionados du président d’honneur de l’ex PdG, devenu LFI, celles et ceux pour qui compte uniquement de placer la statue du « social-démocrate-commandeur », dans toutes les Mairies.

      Alors, vois-tu l’ami même si tu m’en veux, au regard de ce que je connais, je ne peux absolument pas me ranger derrière la bannière de Mélenchon, même momentanément, même en me disant que cela vaut mieux que de ne rien faire. Aux législative, je voterai pour les dissidences de gauche, c’est certain.

      Quant à la continuité de ce blog, au moins sur l’orientation que je m’étais fixé : la vulgarisation autant que faire se peut, les propositions politiques des partis constitués, leurs idéologies, leur façon et raisons d’élaborer des programmes ; je vais tourner la page et ne porterait l’information typiquement politique qu’en de très rares occasions.

      Avec toute mon amitié

      Michel

      • jjbadeigtsorangefr 08/05/2022 / 22:51

        Je te suis sur le futur car je n’ai guère apprécié le comportement de Mélanchon mais je veux me payer le luxe de voir la gueule de Macron obligé de cohabiter avec l’opposition. Quand aux dissidents locaux je les connais suffisamment pour savoir que leur engagement c’est « ma gueule d’abord ».On en a vu d’autres avec Dussopt, Véran, Terrasse ….. et le dernier qui a fait tourner le conseil général à droite…..En aucun cas je ne voterai pour ces gens qui ne considèrent leurs électeurs que comme des rampes de lancement pour leur carrière personnelle. « Faudrait pas prendre les enfants du canard pour des bons dieux de sauvage » comme disait mon pote Bernard, guide de haute montagne décédé en tentant de sauver une cliente qui avait commis une faute qu’elle s’était engagée à ne pas commettre. C’est elle qui l’a déclaré aux enquêteurs…….

Laisser un commentaire